accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Où sont passés les pacifistes québécois ?
N° 213 - octobre 2002

Un premier forum social régional
Tonatiuh García1 et Sébastien Bouchard2

Dans la région de Québec—Chaudière-Appalaches



Plus de deux cents participants se sont réunis lors du Forum social régional (FSR) de Québec–Chaudière-Appalaches, s’étant tenu du 27 au 29 septembre derniers au cégep de Limoilou. Sous le thème « De Porto Alegre à Québec – Un autre monde est possible », des gens de tous les âges, de tous les milieux et de toute la région ont pris part à ce premier forum social régional en Amérique du Nord.

On a pu voir des militants et représentants de groupes du milieu syndical (CSN, SFPQ, etc.), du milieu populaire et communautaire (avec une forte présence des groupes de femmes), des groupes de solidarité internationale et « altermondialiste », de la gauche politique et du mouvement étudiant, sans oublier plusieurs citoyens engagés.

L’appel à la mobilisation a eu un fort écho et des gens se sont déplacés de plusieurs régions du Québec, et même de Toronto, qui organisera aussi sous peu un forum social régional.

Serge Roy, coordonnateur politique du Forum, a signalé la richesse de la diversité des groupes participants. « Il faut miser sur les convergences même si des divergences peuvent exister. Il ne faut pas remplacer cette diversité, qui fait la force du mouvement, par un discours dominant, comme on en entend à l’Assemblée nationale », a-t-il signalé.

Des perspectives régionales

En guise d’introduction, la table ronde intitulée Perspectives régionales et mondialisation a permis des échanges entre participants et invités 0 Emilia Castro, Robert Jasmin d’Attac–Capitale-Nationale, Sophie Savard des Amies de la Terre de Québec et Simon Carreau de l’Association des étudiants en sciences sociales de l’Université Laval.

Ces derniers ont donné le ton en dressant un portrait de la situation actuelle et en fixant les grandes lignes des discussions de la fin de semaine.

Des ateliers aux sujets aussi divers que le travail, l’éducation, l’alimentation les alternatives politiques, les relations Nord–Sud et les enjeux du mouvement communautaire, ont donné aux participants la possibilité d’identifier les réalités vécues en lien avec la mondialisation néolibérale et de proposer des alternatives.

Le dimanche, tous les ateliers avaient un seul thème 0 comment coordonner les luttes au niveau régional. À la suite de ces discussions, les participants ont discuté et adopté une déclaration commune.

Les participants ont insisté sur la nécessité de promouvoir l’éducation populaire, les médias alternatifs, le budget participatif et le commerce équitable, de faire la lutte à la Zlea et d’établir un calendrier commun d’activités.

« Le gouvernement a échoué dans son rôle de redistribution des richesses », ont témoigné en plénière les participants de l’atelier Fiscalité et rôle de l’État.

On a fait le lien entre le déficit démocratique croissant et la montée de la droite dans les trois partis québécois traditionnels.

Les participants ont également dénoncé l’aliénation culturelle que la mondialisation néolibérale entraîne. « La culture, c’est toujours pour plus tard. Il ne faut pas se laisser berner par la réconfortante culture hollywoodienne du divertissement. Car cette culture ouvre la porte à l’homogénéisation culturelle, voire à l’assassinat des cultures », a affirmé Robert Jasmin.

De plus, toute la fin de semaine a été imprégnée d’une analyse féministe qui a fait évoluer les réflexions. Comme l’a indiqué Emilia Castro, vice-présidente du Conseil central de Québec – Chaudière-Appalaches de la CSN et porte-parole de la Coalition régionale des femmes contre la pauvreté et la violence, « un autre monde est possible, mais encore faut-il s’en donner les moyens ».

Plusieurs actions sont donc organisées, dont les mobilisations contre la Zlea initiées par les étudiants et devant culminer le 31 octobre, et une consultation populaire sur la Zlea.

Il faut aussi prévoir des débats publics sur différentes alternatives politiques 0 démocratie participative, réforme du mode de scrutin et construction d’une alternative politique de gauche.

La déclaration finale est une large synthèse de tous les éléments de la fin de semaine et exprime une volonté de faire perdurer l’expérience de ce premier forum social régional du Québec. On peut consulter cette déclaration sur le site Internet du Forum 0 www.oqp2001.org/forumsocial.

Le comité promoteur du Forum a tenu à rappeler que ce n’était qu’un premier pas. Nous pouvons affirmer que c’est un nouveau départ, très mobilisateur, pour le mouvement social de la région.

Une volonté d’agir ensemble et de créer un lieu de convergence permanent en vue d’effectuer des actions concrètes pour la région a été exprimée. Le comité de suivi du Forum organisera donc une assemblée constituante cet automne pour mettre en œuvre les propositions adoptées dans la fin de semaine.

Le FSR s’est inspiré du Forum social mondial de Porto Alegre, d’où une nouvelle vague d’implication citoyenne est née. Le désir de répéter localement cet événement a jailli suite au post mortem de plusieurs groupes ayant pris part aux mobilisations autour du Sommet des Amériques.

1. Étudiant à l’Université Laval ; Cmaq–Québec

2. Alternatives

Retour à la page précédente