L'aut'journal
Le samedi 24 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Lulu 1er
N° 184 - novembre 1999

De slogan à programme politique
Pierre Dubuc

Le Revenu de citoyenneté



Michel Chartrand en avait fait le slogan de sa campagne électorale dans Jonquière et il martèle ce thème dans toutes ses interventions publiques depuis. L'idée est nouvelle ; elle suscite un grand intérêt dans plusieurs milieux, mais elle avait besoin d'être développée, expliquée, assise sur des bases théoriques. Seul un livre pouvait le faire.

Chartrand ne pouvait trouver meilleur associé que Michel Bernard pour rédiger ce livre. Professeur de sciences comptables à l'UQAM, présentement en rédaction d'une thèse de doctorat en philosophie et auteur de L'Utopie néolibérale, Michel Bernard manie avec une égale dextérité les chiffres et les concepts philosophiques. L'association des deux Michel a donné ce Manifeste pour un revenu de citoyenneté.

Un revenu inconditionnel

" Le revenu de citoyenneté serait distribué à tous les citoyens du Québec de façon égalitaire et inconditionnelle. Il serait cumulable avec les autres revenus, mais il serait en lui-même assez substantiel pour radier le risque du manque de biens premiers, pour réaliser l'objectif de la pauvreté zéro ". C'est par ces mots que s'ouvre ce Manifeste qui propose le revenu de citoyenneté comme moyen de réalisation des droits sociaux proclamés par les chartes des droits de l'Homme et les constitutions.

Avec des chiffres, des tableaux, Chartrand et Bernard démasquent ces idées à la mode véhiculées par les journaux et qui inspirent l'action de nos gouvernements, mais qui ne servent qu'à camoufler l'enrichissement incroyable d'une petite minorité et l'appauvrissement de la majorité. Ils appellent à un renversement des priorités, à " redéfinir notre espace public en s'appuyant sur une grande conviction commune des Québécois 0 les hommes ont une égale dignité morale et tous devraient avoir accès aux biens premiers, nourriture, logement, habillement, soins de santé ainsi qu'aux biens indispensables à la réalisation de soi comme l'éducation ".

Le droit à une rente naturelle

Chartrand et Bernard rappellent les données économiques de base qui condamnent 20 % de la population à l'exclusion sociale. Ils prennent acte des limites de la revendication du droit au travail dans ce nouveau contexte économique dans lequel le travail s'amenuise par suite des immenses progrès technologiques réalisés au cours des dernières décennies.

Puis, ils retournent comme une crêpe l'argument du progrès technologique et l'invoquent pour justifier le revenu de citoyenneté. " En tant que citoyen d'un État, ne sommes-nous pas propriétaire des ressources naturelles du territoire de cet État, des progrès issus des générations passées ? " se demandent les auteurs en soulignant que les classes bien nanties bénéficient déjà d'une allocation à même le bien commun.

Questions et réponses

Dans un langage simple, rédigé sous forme de questions et réponses, le Manifeste répond à toutes les questions soulevées à propos du revenu de citoyenneté. Mentionnons-en quelques-unes 0 Donner un revenu à quelqu'un sans qu'il travaille n'est-il pas une confirmation de son inutilité ?; Que vaut l'argument selon lequel le revenu de citoyenneté désinciterait au travail ? Et, bien évidemment, la question cruciale des coûts du programme. Un chapitre traite cette dernière question de façon approfondie.

Peut-être plus important encore, le Manifeste jette les fondements d'une autre philosophie de la vie en société. " Une société qui espère tirer son ordre de l'équilibre des égoïsmes crée des égoïstes " écrivent les auteurs pour décrire la société actuelle ; le Manifeste, au contraire, " est basé sur le postulat que l'avenir de l'humanité est dans la solidarité ".

Michel Chartrand promet de revirer le Québec sans dessus-dessous avec ce livre. " C'est le dernier combat de ma vie. Il faut mettre fin à la misère, à l'humiliation, à l'ignorance dans Québec " rugit le vieux lion. On n'a pas fini d'entendre parler du revenu de citoyenneté.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.