L'aut'journal
Le samedi 25 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
TEAM CANADA 0 41, ÉQUIPE QUÉBEC 0 59
N° 185 - décembre 1999

La SSJB Montréal ravive le souvenir de Louis Riel
Luc Charlebois
Dernièrement, la société Saint-Jean-Baptiste de Montréal a fait paraître la publicité ci-dessous commémorant la mort de Louis Riel dans divers quotidiens, dont notamment le Winnipeg Free Press. Il y eut peu de réactions au Québec, mais au Manitoba, on en a beaucoup parlé. On peut même dire que ce fut un coup fumant ! Le président de la Société, M. Guy Bouthillier, nous explique les motivations derrière ce geste qui a pris même les Métis par surprise...

Louis Riel, est un patriote du 19e siècle qui s'est battu pour la reconnaissance et la liberté du peuple Métis des plaines de l'Ouest canadien. En guise de répression, on envoya l'armée contre lui et les siens qui ne faisaient que défendre leurs terres. Le gouvernement fédéral le fit pendre en 1885, à l'instar des Patriotes en 1839, pour satisfaire l'opinion publique anglophone qui le considérait comme un traître et un rebelle.

Cette trop courte introduction ne rend pas justice au personnage de Louis Riel, pas plus qu'au combat du peuple Métis d'ailleurs. Ce trop petit résumé serait-il symptomatique d'un phénomène d'oubli généralisé dans la population pour ce qui est de Louis Riel ? C'est justement pour remédier à cette situation que la SSJB a fait publier une annonce. Selon M. Bouthillier, il fallait faire cette pub " parce qu'il nous semblait que le souvenir de Louis Riel s'estompait de notre mémoire collective. De ce fait, d'autres (i.e. le gouvernement fédéral) tentent de le récupérer, de le reprendre à leur compte et éventuellement de s'en servir à leurs fins, et pourquoi pas, même contre nous. On m'a même déjà dit que c'était les Canadiens-français qui l' " avaient fait exécuter ! C'est complètement l'envers du décor et de la mémoire ! "

L'élément déclencheur

En fait, cette histoire commence en juillet dernier, lorsqu'une délégation de chefs métis est venue à Montréal donner une conférence de presse en lançant un appel à la SSJB, entre autres, pour les aider dans la demande de réparation qu'ils faisaient au gouvernement fédéral. M. Bouthillier nous explique qu' " ils dénonçaient le projet de loi du gouvernement fédéral en vue de réhabiliter Louis Riel.

C'est bien de dire qu'un homme est non coupable, mais dans ce cas, qui est coupable de sa mort et de sa spoliation, de la dépossession, de la dispersion et de la perte de dignité du peuple Métis qui a été traîné dans la boue ?

Depuis toujours, ces derniers sont méprisés et considérés comme des citoyens de seconde zone au Manitoba.

En réhabilitant Riel, le gouvernement fédéral ne fait que laver sa conscience envers la mort d'un homme, mais il ne règle pas ses comptes avec le peuple Métis. Le raisonnement du chef métis Yvon Dumont est de dire que, si Louis Riel n'est pas coupable, alors que le coupable de la situation dans laquelle vivent les Métis, paie pour réparer les pots cassés. Ils nous ont donc demandé de les aider pour que le fédéral prenne les moyens pour redresser leur situation sociale, économique et culturelle. Nous avons accepté et nous avons discuté avec M. Yvon Dumont. Ce dernier n'est pas le dernier venu, car il a été pendant 6 ans lieutenant gouverneur du Manitoba. Inutile de dire que son combat pour les siens est maintenant regardé de travers par l'establishment ! Pour notre part, nous avons profité de l'annonce dans les journaux pour rappeler aux Québécois leur historique avec le peuple Métis. "

Les réactions au Manitoba

Face à la pub de la SSJB, c'est une réaction d'étonnement qui a eu cours au Manitoba, même chez les Métis. Une dizaine de journalistes ont contacté M. Bouthillier, sans compter les deux journaux métis et un journal amérindien qui lui ont demandé de publier son annonce dans leurs pages ! Pour M. Bouthillier, il faut " rappeler à tout le monde, y compris dans l'Ouest, que Louis Riel et les Métis ont déjà été très près des Québécois. Ils ne sont pas des étrangers pour nous. Jean Chrétien veut que l'on se solidarise avec les Kosovars et les Timorais, c'est bien, mais nul besoin d'aller si loin pour trouver des victimes de l'oppression. Notre premier devoir est de nous solidariser avec le peuple Métis qui ont des liens historiques avec nous. "

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.