L'aut'journal
Le jeudi 18 juillet 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Chartrand vu par Picard
N° 186 - février 2000

" J'espère que les jeunes tomberont en amour avec ce couple " – Luc Picard
Pierre Dubuc

Entrevue avec Luc Picard



Attrapé au vol entre deux journées de tournage du film sur les Patriotes de Falardeau, le comédien Luc Picard nous parle de ses attentes sur la série Chartrand et Simonne, du personnage Chartrand, de la jeunesse et de ses projets.

"Je souhaite, nous dit Luc Picard, que la série ait un impact, particulièrement chez les jeunes. J'espère que les jeunes tomberont en amour avec le couple Michel et Simonne ". Bien entendu, Luc voudrait qu'ils retiennent la leçon d'histoire et de politique, mais encore plus la leçon de vie de ce couple engagé. " Qu'on réalise, dit-il, qu'avec peu de moyens, en travaillant avec les autres, on peut faire bouger des choses. "

Luc Picard porte un regard très critique sur les décennies 1980 et 1990. " On a abdiqué individuellement. On a perdu le sens de la communauté. Ce fut le “Me, Myself and I”. On a perdu la notion de savoir combien il était utile, mais également stimulant de s'impliquer. J'espère que la série redonnera le goût de s'impliquer, de faire sa part, de prendre partie. "

" À partir du moment, poursuit-il, où tu prends tes responsabilités dans la société, vient avec cela un certain pouvoir. Nous ne sommes pas toujours obligés de nous prendre pour des victimes, on peut aussi s'impliquer ". C'est, selon lui, un des messages forts de la série.

" Chartrand a un talent pour la vie "

Qu'est-ce que Luc Picard a découvert sur Michel Chartrand en préparant et réalisant la série ? Peut-être pas énormément de choses au plan politique, parce que Luc est féru d'histoire et de politique. " J'ignorais cependant, reconnaît-il, l'association entre Chartrand et Drapeau au cours des années 1950 ".

" Au plan humain, enchaîne-t-il, j'ai pleinement réalisé son amour de la poésie, de la musique, son sens artistique. Plus encore son amour de la vie. " Il résume bien le personnage en disant 0 " Je dirais que Michel a un talent pour la vie. "

Il ajoute qu'il a été impressionné par l'être politique. " C'est un être politique à temps plein. Il voit toute la vie sous un œil politique, toujours dans le contexte du bien commun ".

Comment expliquer que Michel Chartrand, à 83 ans, soit une référence incontournable ? Picard répond 0 " C'est sûr que c'est un personnage coloré, populaire, un orateur habile. Mais c'est surtout parce que ses convictions ne se sont jamais démenties. Il n'a jamais ramolli. Il n'est pas devenu blasé, ne s'est pas désintéressé de la société. Il est toujours un lutteur aussi acharné. Les gens finissent par respecter un tel engagement. Ça les impressionne ".

Enfin, une série télévisée politique

Luc attend beaucoup de la série. " Avec un peu de chance, un million 500 mille personnes vont regarder cela, c'est beaucoup, ça peut avoir un impact ". Jusqu'ici les critiques des journalistes qui ont visionné la série sont bonnes mais, prudent, Luc attend le jugement du public.

Il souligne avec raison qu'on fait rarement de séries politiques à la télévision. " On fait des films politiques, mais il y a peu de monde qui vont les voir. Une série télévisée, c'est différent ".

Peut-on s'attendre à une suite à Chartrand et Simonne qui traiterait des années 1960 et 1970. À Radio-Canada, on aurait laissé entendre qu'on aimerait " un autre point de vue sur ces années ". Luc avoue ne pas connaître les raisons profondes du peu d'intérêt manifesté par la société d'État canadienne. Politiques ? Économiques ?

" Est-ce parce qu'ils ne veulent pas se rendre jusqu'aux événements d'Octobre 70 ? Octobre, j'ai remarqué, c'est toujours délicat. " lance-t-il. " Ou peut-être ne veulent-ils plus de séries coûteuses, maintenant qu'ils se sont rendus compte qu'ils pouvaient aller chercher des cotes d'écoute avec des séries peu chères, tournées vite ?

En attendant, Luc se consacre au cinéma. Il tourne présentement dans le film sur les Patriotes de Falardeau, avec lequel il a déjà tourné Octobre. Par la suite, un autre projet de film l'attend. " Un bon scénario, dit-il. Ça se passe dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve au cours des années 1940-1950. Ça s'appelle La femme qui boit. Un film de Bernard Emond. "

Au cinéma, au théâtre, Luc aime choisir des projets à contenu social mais, dit-il 0 " Ça reste peu de choses. Je devrais me botter le cul et m'impliquer encore plus dans la société ".

À n'en pas douter, la série Chartrand et Simonne aura un impact social.

La moue de Chartrand

Bien que son souvenir le plus lointain de Michel Chartrand en soit l'imitation qu'en faisaient les Cyniques, la prestation que Luc Picard donne de Chartrand est aux antipodes de l'imitation, de l'avis de tous ceux qui ont visionné la série. Comment avoir pu rendre crédible un personnage connu en évitant le piège de la caricature ?

Luc Picard en donne d'abord le crédit aux conditions de tournage. " Le scénario était bon. J'étais bien entouré avec Alain Chartrand et Hélène Cailher et nous avions le temps de bien faire les choses. " De plus, ajoute-t-il, " comme j'ai tendance à croire aux mêmes choses que Michel, ça aide ! "

Malgré tout, il reconnaît qu'il n'est pas facile pour un acteur de personnifier quelqu'un de connu. Bien sûr, il a consulté des documents d'archives, lu sur son personnage, mais, confie-t-il, " le souper que j'ai pris en sa compagnie a été plus important que toutes les cassettes visionnées ".

" C'est là que j'ai saisi le genre d'énergie qui l'animait, son bouillonnement intérieur ". Pour lui, là était l'essentiel. " Il faut d'abord le ressentir de l'intérieur. Une fois que tu peux pénétrer dans cet état, cet espace, le reste est plus facile. Pour les discours, l'intonation, c'est comme parler avec un accent étranger, l'accent marseillais, par exemple. Il ne faut pas que tu t'arrêtes à chaque mot. Il faut que tu te laisses aller sans penser à l'exécution ".

Cependant, pour que le personnage soit crédible, il fallait bien s'approprier certaines de ses mimiques caractéristiques. Luc me parle d'une d'entre elles que tous ceux qui fréquentent Michel Chartrand reconnaîtront facilement 0 " J'ai remarqué que Michel faisait souvent la moue avec sa bouche, tout en regardant vers le sol. Il t'écoute, souvent ne te laisse pas finir, et là il explose. J'ai pogné ça lors du souper que nous avons pris ensemble. "

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.