L'aut'journal
Le vendredi 24 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Les budgets
N° 188 - avril 2000

Une compagnie gourmande
Pierre Klépock
Après 8 semaines de grève et de brasse-camarade, les 36 métallos du concentrateur de minerai d'or de la mine Est Malartic près de Val d'Or, sont retournés au travail le 27 mars dernier. Avec des profits de 331 millions $ US enregistrés en 1999, la compagnie Barrick refusait toute négociation avec le syndicat

Nous n'avions pas eu d'augmentation de salaire depuis les dix dernières années et la compagnie prévoit fermer ses portes dans trois ou quatre ans. Nous sommes en droit de demander des ajustements et nous avons obtenus 1% d'augmentation de salaire par année et 5% pour le régime de retraite, dans un contrat de trois ans ", nous a déclaré Mario Vezeau, président du local 4796 du Syndicat des Métallos (FTQ). En cas de fermeture de l'entreprise, l'employeur devra verser 600 $ par année de service à tous les travailleurs et la liste de rappel en cas de mise à pied est prolongée de 3 ans pour protéger l'ensemble de nos membres ", poursuit-il.

Des scabs

Rappelons que, pendant le conflit, le Syndicat des Métallos (FTQ) a déposé des plaintes en vertu des dispositions anti-briseur de grève du Code du travail québécois. Un inspecteur du ministère du Travail avait repéré six scabs. De plus, un contremaître a foncé avec son camion sur trois grévistes. Le syndicat est convaincu qu'il cachait des scabs. Heureusement personne n'a été blessé.

" Barrick est une compagnie gourmande. Elle préfère aller exploiter des travailleurs dans les mines en Afrique, où les coûts de production sont d'environ 40 $ l'once, alors qu'ici il en coute 180 $ l'once", conclut Mario Vezeau.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.