L'aut'journal
Le samedi 25 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
1 millard 180 millions d'êtres humains n'ont pas accès à l'eau
N° 189 - mai 2000

Forum mondial de l'eau ou Foire commerciale ?
Sylvie Paquerot
Sylvie Paquerot, chercheure en droit international et co-fondatrice de l'Association québécoise pour le contrat mondial de l'eau était présente à La Haye et elle nous a, dans une allocution passionnée, fait part de ses " mauvaises " impressions sur ce sommet. Ces quelques extraits des notes qu'elle nous a obligeamment communiquées tentent de refléter le plus fidèlement possible sa pensée. Les sous-titres sont des citations).

" La nouvelle société civile internationale "

Pour elle, il y a une ambiguïté de plus en plus grande sur le statut des ONG (Organismes non gouvernementaux) et de la société civile. Les multinationales se sont fort habilement emparé de ces appellations et sont omniprésentes dans les grands organismes aux côtés de la Banque mondiale, prépondérante dans ce dossier avec son vice-président, M. Serageldin (la " bête noire " de notre Sylvie).

" Absence notable des services publics "

Les entreprises publiques, l'un des principaux acteurs de la scène de l'eau dans les faits, n'avaient pas été invitées, souligne-t-elle. Les réalisations effectuées par ces entreprises n'ont donc pas été présentées, ce qui, joint au préjugé défavorable systématique envers les pays du Sud, tendait à renforcer l'exigence de partenariats public-privés (où le privé tiendrait toute la place évidemment).

" Les empêcheurs d'agir en rond "

Pour M. Serageldin, rapporte-t-elle, il faut éviter les débats idéologiques et agir. Ainsi se trouvait balayée la discussion sur le droit fondamental de tous à l'eau, patrimoine commun de l'humanité. Cette harmonie, planifiée à l'avance entre gouvernements, sociétés privées et beaucoup d'ONG, excluait comme fauteurs de troubles les rares contestataires de la tendance dominante.

" Le contexte des Amériques et de l'intégration continentale "

Mme Paquerot a observé que le Canada était aux premières loges à ce forum mondial de l'eau. À la conférence ministérielle, il s'est opposé à l'inclusion du droit fondamental et plusieurs Canadiens de poids ont endossé l'idée de " l'eau bien économique ". Déjà, le contexte Canada-USA à l'intérieur de l'ALENA pose de nombreux problèmes. Cette problématique particulière aux Amériques va s'amplifier lors du Sommet des Amériques à Québec en 2001 avec la proposition de l'établissement d'une ZLEA (Zone de libre-échange des Amériques) et nous devons déjà nous préparer à y faire face.

Les interventions de la salle

Les interventions qui ont suivi ces deux exposés ont été d'une rare qualité. Jean Lapalme, membre de l'association québécoise Eau-Secours ! (également présent à La Haye) et André Stainier, président de l'association Les Amis de la Vallée du St-Laurent, sont intervenus ainsi qu'un groupe nouvellement formé par les cols bleus de Montréal " Eaux Aguets " qui tend à s'opposer à la privatisation de la distribution dans la ville.

Plusieurs points intéressants en sont ressortis. En particulier, se pose la question de savoir s'il est opportun pour les organisations de participer à de tels sommets plutôt que d'organiser des conférences parallèles. La définition de ce que l'on entend par société civile a aussi été soulevée.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.