L'aut'journal
Le vendredi 19 avril 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Comment ça trop de commandites ?
N° 210 - juin 2002

L’anus dei
Jean-Claude Germain

Livre 0 Les saisons littéraires



Fourre-tout résume en un mot la politique éditoriale de la revue Les saisons littéraires (Guérin littérature, 2002). Dans sa dernière livraison, l’auteur d’un des essais publiés l’a prise, semble-t-il, dans son sens littéral. L’étrangeté des propos théologiques du révérend père Chardon Bergrier ont été pour moi, un évangile de haute énergie, nous confie Serge de Cotret qui se dit surnaturellement attiré par sa fleur rectale. Le père Bergrier était profondément convaincu que Jésus, sous l’influence de la prière génitale, prenait corps dans le corps du chrétien. Il me disait souvent cette belle parole du Christ 0 Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite.

À la rectitude, L’éveil secret oppose la rectalitude. Ma vie ayant été de tous ses instants une continuelle préparation aux images du père Bergrier, c’est sans crainte que j’ai, moi aussi, cherché la mémoire du rectal. L’apparition de Jésus dans mes fesses me causa la plus vive des émotions. Ne dit-on pas de Dieu qu’il est partout ? En fait, tous les grands mystiques ont été saisis par l’éros de Dieu. Le père Bergrier disait 0 Il n’y a rien sur terre de plus saint, de plus sublime et de plus vivifiant que l’anus pour ouvrir la joie du cœur.

L’expérience de l’auteur le confirme. Mon anus a été caressé par les doigts du Verbe incarné, et ces caresses je les ai si vite senties que Jésus, dans mes fesses, m’envahissait l’esprit d’extases inversées. Comme j’aurais voulu rester universellement uni à Dieu par le fond. L’éveil secret n’est pas une expérience mystique banale. Est-ce un canular ? un texte d’humour noir ? ou le produit d’un émule de ceux que Raymond Queneau appelait les enfants du limon ? Le plus grand d’entre eux, Jean-Pierre Brisset, prince des penseurs et auteur de La science de Dieu, n’aurait pas désavoué le prône délirant de De Cotret 0 Il faut savoir avouer l’anus et confesser Dieu par l’orifice rectal.

Les saisons littéraires, No 21,, Guérin, 2002/05/29

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.