L'aut'journal
Le jeudi 18 avril 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Comment ça trop de commandites ?
N° 210 - juin 2002

Faire sauter le verrou de l’aliénation
Gérald Godin*
Le problème du contrôle de l’information ne date pas d’aujourdhui. Lorsque Gérald godin était le directeur général de Québec-Presse, il lui est arrivé de faire le point sur la question de la censure, avec une pertinence qui est plus que jamais d’à propos.

Je me souviens qu’à Radio-Canada, on donnait la parole aux Viêt-cong, aux survivants de la guerre d’Espagne, aux communistes français et aux terroristes japonais. Mais un soir, en 1967, on refusa de donner la parole à François Aquin, premier député indépendantiste à Québec. Il ne pouvait pas parler si un porte-parole gouvernemental ne lui donnait pas la réplique le même soir.

« Il n’y a pas un journaliste qui ait travaillé dans les médias d’information du Québec qui ne pourrait pas énumérer aussi. Les grands journaux ? Asservis aux annonceurs. Asservis au système. Radio-Canada ? Asservie à la pensée fédérale officielle.

« La tâche des journalistes est simple 0 contourner la censure. Mais il faut voir d’abord comment elle s’exerce.

« Ce n’est pas systématique. Il s’agit, pour le propriétaire du journal ou pour le politicien au pouvoir, si c’est Radio-Canada, de nommer des gens sûrs. Des gens qui savent jusqu’où ils peuvent aller trop loin.

« Des gens qui ont naturellement des ennuis. C’est-à-dire des coups de fil du boss qui, lui, en a reçu d’annonceurs ou de politiciens. La première tâche du gars sûr consiste donc à apprendre à avoir peur.

« Sa deuxième tâche consiste à transmettre sa peur au journaliste. Autrement, l’avancement est compromis.

« Et si, par miracle, Radio-Canada fait une revue de Pierre Vallières qui vient de sortir de la clandestinité, c’est à qui ne fera pas l’entrevue, pour éviter de “ passer pour ” être sympathisant du Québec.

« Il faut donc que le gars sûr mène cette deuxième tâche à bien. Le résultat ne se fera pas longtemps attendre 0 la morosité s’emparera des journalistes. Puis la résignation. Puis l’improductivité. Puis le repliement sur soi. Et si vous les rencontrez et que vous leur demandez “ comment ça va ”, ils vous diront tous “ je suis écœuré ”. Et le boss est content. Il se plaindra bien quelquefois de la paresse du journaliste, mais, au fond, c’était précisément le but qu’il recherchait.

« Ajoutons à cela l’organisation même des salles de rédaction de tous les quotidiens et hebdos du Québec 0 ce qui compte, c’est la production. Il n’y a pas de bons dossiers qui peuvent être réalisés en moins de trois semaines, un mois. Combien de journalistes au Québec ont jamais disposé de trois semaines pour rédiger un dossier ? Je ne parle pas ici des dossier sur les guérisseurs des Philippines, mais de dossiers sur, par exemple, le patronage à la Régie des alcools ou la domination des Américains sur l’amiante au Québec.

« Quelle est la guerre que les journalistes doivent livrer ? La guerre du contrôle sur la salle de rédaction. Toute autre lutte est futile. Tels sont les objectifs, au fond, que doivent se fixer les journalistes, où qu’ils travaillent, s’ils veulent avoir droit au respect de leurs lecteurs plutôt que de leurs boss.

« Dans le grand tout de la libération, une des luttes primordiales passe par ce chemin. Les travailleurs de l’information ont une tâche fondamentale 0 faire sauter le verrou de l’aliénation. Car l’aliénation vient de l’ignorance des faits.

« Si le verrou de l’ignorance des faits ne saute pas, toutes les intoxications sont possibles. On l’a vu lors du coup de la Brink’s, le plus bel exemple de viol du public lecteur depuis dix ans au Québec. Une opération réalisée à côté des salles de rédaction et à l’insu des journalistes. Une opération réalisée par les hommes du pouvoir, les gars “sûrs ” à la Presse canadienne, à la Gazette et à La Presse.

« La job des journalistes pour libérer l’information, elle est là. »

*Québec-Presse, 24 mars 1974

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.