L'aut'journal
Le samedi 19 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le gouvernement est l'allié des jeunes
N° 339 - mai 2015
Le Fonds des générations et le FARR
Deux fonds qui privent l’État de milliards $
Louis Gill*
Récemment, divers intervenants, dont je suis, ont critiqué le fait que le gouvernement prive les services publics des milliards de dollars qu’il verse au Fonds des générations, 6 milliards de 2009 à 2015 et 13 milliards annoncés pour 2015 à 2020, avec un effet mineur sur la réduction du rapport de la dette au Produit intérieur brut (PIB).

Il n’est pas sans intérêt de s’interroger aussi à l’égard des sommes que le gouvernement verse au Fonds d’amortissement des régimes de retraite (FARR).

Tout comme le Fonds des générations accumule des sommes qui font contrepoids à la dette totale du gouvernement, le FARR accumule des sommes qui font contrepoids à cette partie de la dette totale que sont les engagements du gouvernement envers les régimes de retraite.

Le FARR a été créé en 1993 à la demande des centrales syndicales. Ses actifs s’élèvent aujourd’hui à 55 milliards, soit 66 % des engagements bruts envers les régimes de retraite. Il est alimenté par ses revenus de placement et par des emprunts sur les marchés financiers.

C’est un fonds en voie de capitalisation qui pourra un jour, si les rendements boursiers sont au rendez-vous, verser des prestations de retraite aux membres de ces régimes.

Le Fonds des générations quant à lui a été créé en 2006 et il compte aujourd’hui 7 milliards d’actifs face à une dette totale de 206 milliards.

Le Québec est le seul gouvernement au Canada à avoir constitué ces fonds. Il pourrait en suspendre temporairement l’alimentation pour alléger le stress auquel sont soumises les finances publiques.

Les deux fonds continueraient à croître, à un rythme ralenti, par leur fructification propre sur les marchés financiers. Les deux-tiers de la croissance du FARR des cinq dernières années sont déjà dus à sa fructification propre.

Pourquoi le Fonds des générations est-il tant apprécié par le monde de la finance ? Parce que, contrairement aux autres gouvernements du Canada qui remboursent leurs obligations arrivées à échéance lorsqu’ils veulent réduire leur dette, le gouvernement du Québec, lui, renouvelle, plutôt que de les rembourser, ses obligations échues et compense en alimentant le Fonds des générations. Cela ajoute, plutôt que d’en retirer, de l’argent aux marchés financiers qui ne peuvent que s’en réjouir.

Ceci étant dit, pour prendre la juste mesure de la politique gouvernementale de réduction coûte que coûte de la dette, il faut savoir que les sommes consacrées à cette réduction sont nettement plus élevées que les économies d’intérêt qui en découlent.

Pour chaque tranche d’un milliard de dollars de réduction annuelle de la dette, le coût de cette réduction est d’un milliard, alors que l’économie d’intérêts à un taux de 5 % est 50 millions la première année, 100 millions la deuxième, 150 la troisième, etc.

Il faut attendre 20 ans avant que l’économie annuelle rejoigne le coût annuel d’un milliard, et encore 20 autres années pour que l’économie cumulative rejoigne le coût cumulatif de 40 milliards.

Au bout du compte, qu’auront gagné, de la dégradation inévitable des services publics qui s’ensuivra, les générations futures au nom desquelles le gouvernement prétend justifier ces politiques ?

Le Premier ministre avait déclaré que sa bible, dont il recommandait la lecture au plus grand nombre, était cet ouvrage des dirigeants de la revue The Economist, intitulé The Fourth Revolution. The Global Race to Reinvent the State, qui prône l’abandon de « l’État-providence » vu comme accoucheur de « l’État obèse », et l’avènement de « l’État maigre ». On constate que c’est bel et bien cet objectif qui le guide.

*L’auteur est économiste, professeur retraité de l’UQAM

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.