L'aut'journal
Le jeudi 24 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse
N° 331 - juillet 2014
Ramener Cuba au capitalisme colonial de 1959
Les États-Unis poursuivent toujours la même politique
André Maltais
Le 21 avril, l’Agence de nouvelles Associated Press rendait compte d’une nouvelle tentative états-unienne pour faire déraper la révolution cubaine : le financement d’un réseau social de type Tweeter, baptisé ZunZuneo, au moyen duquel des SPAM de propagande politique étaient envoyés à des dizaines de milliers de citoyens cubains, pour la plupart des jeunes, les incitant à poser des actions subversives contre leur gouvernement.

La USAID utilisait comme paravent une organisation sans but lucratif de Miami, Raices de Esperanza (Racines d’espoir), qui veut faire des jeunes Cubains « les protagonistes de leur avenir » en leur donnant rien de moins que l’accès à des téléphones cellulaires !

En février 2010, les premiers SMS parviennent à Cuba, après qu’une équipe états-unienne de criminels cybernétiques se soit introduite dans les banques de données de l’entreprise cubaine de télécoms, ETECSA, y recueillant des informations confidentielles sur plus de 60 000 citoyens et regroupant ces derniers par profils selon l’âge, le sexe, les intérêts.

En mars 2012, ZunZuneo cesse brusquement ses activités. Il est immédiatement remplacé par Piramideo, dont l’intention affichée de « dégeler Cuba grâce à Internet », faisant montre du même infini mépris envers ce pays.

Piramideo est parrainé par l’Institut républicain international (IRI), la Heritage Foundation, le Cuba Study Group et Google Ideas dont le président, Jared Cohen, est décrit par Julian Assange comme « l’efficace directeur des changements de régimes de Google » et « le canal de transmission entre le Département d’État et la Silicon Valley ».

Ce type d’agression n’est malheureusement pas nouveau à Cuba, pays contre lequel les Etats-Unis ont tout essayé : isolement diplomatique et politique, blocus économique et commercial, actes de terrorisme, opérations d’espionnage et de sabotage, promotion de la subversion interne pour provoquer un soulèvement contre-révolutionnaire, tentative d’invasion militaire.

Mais, selon le journaliste et éditeur cubain, Iroel Sanchez, cela survient alors que Cuba est au milieu d’un délicat processus de réformes économiques et sociales avec, en toile de fond, une lutte idéologique très vive entre le capitalisme et le socialisme.

Entrepris peu après l’arrivée au pouvoir de Raúl Castro en 2008, ce processus étend la propriété coopérative au détriment de la propriété d’État et avantage la petite propriété privée, en expansion notamment dans l’agriculture et les nouvelles industries. Il réduit aussi de moitié (de 30 % à 15 %) l’impôt sur les bénéfices nets des investisseurs étrangers.

Les États-Unis, nous dit Sanchez, cherchent à introduire, dans le débat interne en cours dans l’île, leur propre vision de l’avenir de Cuba. Mais l’embargo, maintenu contre ce petit pays depuis plus d’un demi-siècle, est devenu un boulet qui les désavantage face à leurs alliés de l’Union européenne. L’échec de ZunZuneo montre encore que Washington n’a pas la même liberté d’action à Cuba qu’au Venezuela, par exemple.

Le 8 novembre 2013, au cours d’une collecte de fonds à la résidence de Jorge Mas Santos, président de la Fondation cubano-américaine, Barack Obama lui-même plaidait pour une politique plus créatrice envers Cuba.

La semaine suivante, son Secrétaire d’État, John Kerry, précisait devant l’Organisation des États américains (OEA) que les voyages d’États-uniens et l’envoi d’argent à Cuba faisaient partie de cette créativité envisagée. « Aux États-Unis, a-t-il déclaré, nous pensons que nos gens sont nos meilleurs ambassadeurs, les ambassadeurs de nos idéaux, de nos valeurs, de nos croyances. »

On ne peut mieux dire, écrit Iroel Sanchez, qui rappelle qu’on peut malheureusement être contre l’embargo et pour un changement de régime à Cuba. Ce que Washington n’est pas parvenu à faire par l’agression, affirme-t-il, il est maintenant prêt à le tenter par l’ouverture et l’amabilité. Le but demeure toutefois le même : ramener Cuba là où il était en 1959, c’est-à-dire au capitalisme colonial.

C’est ainsi que le Cuba Study Group vient de consacrer tout le mois de mai à la campagne, CubaNow, dans le métro de Washington, placardant les murs de photos et citations de la blogueuse et opposante cubaine favorite des États-Unis, Yoani Sanchez, qui se prononce contre l’embargo.

Le quotidien USA Today reprend presque tels quels les mots de Kerry, quand il soutient que CubaNow vise à presser l’administration Obama d’étendre la possibilité pour les États-uniens de voyager à Cuba et d’envoyer de l’argent à la nouvelle communauté d’affaires émergente.

CubaNow et les médias, explique Iroel Sanchez, essaient de faire croire que la population états-unienne incite son gouvernement à assouplir l’embargo, alors qu’en réalité, l’initiative vient bel et bien du gouvernement. En se camouflant derrière la pression populaire, celui-ci pense minimiser la méfiance cubaine et renoncer à l’aveu d’une longue erreur de 54 ans, suivie d’une honteuse défaite, compte tenu des forces en présence.

Beaucoup de publicité est aussi accordée à un récent sondage du Conseil Atlantique, proche de l’OTAN, mené auprès des habitants de l’anticastriste Floride, qui montre que 63 % d’entre eux sont favorables à un dégel des relations avec Cuba, un pourcentage supérieur à celui de la moyenne nationale (56 %).

À Cuba, nous dit l’écrivain cubano-états-unien, Emilio Ichikawa, la contre-révolution parée de ses atours contre-révolutionnaires est discréditée et les États-Unis le savent. L’heure est probablement à la contre-révolution déguisée en révolution.

Ichikawa donne l’exemple d’un événement tenu du 6 au 8 mars dernier, à La Havane, par Espace laïc, une organisation liée au Diocèse de La Havane et recevant des fonds de la Norvège. Un séminaire intitulé Foi religieuse, institutions nationale et modèles sociaux, aurait servi de prétexte aux plus jeunes participants pour se quereller avec la vieille dissidence traditionnelle traitée d’inefficace.

Cette nouvelle opposition « révolutionnaire et socialiste », dit Ichikawa, n’hésite pas à critiquer le retour au capitalisme qu’entraîneraient certaines des réformes en cours, telles la création d’une zone spéciale de développement dans le port de Mariel et l’ouverture aux investissements étrangers (surtout s’ils sont brésiliens, russes ou chinois), en même temps qu’elle prône un retour au multipartisme et la fin du monopole de l’État sur l’éducation.

Ce tout petit réseau de blogueurs et twitteurs peut paraître ridicule en ce moment, écrit pour sa part le journaliste espagnol Rodolfo Crespo, mais il attend son heure qu’il espère voir venir en 2018, année de réforme constitutionnelle et de sortie de scène politique pour Raúl Castro, dernier membre de la génération historique de la Révolution.

Ce réseau est peut-être moins seul qu’il n’y paraît, ajoute Crespo, car plusieurs artistes et intellectuels cubains, comme le chanteur mondialement connu Silvio Rodriguez (pour qui Cuba ne doit plus rimer avec révolution, mais avec évolution), profitent du débat interne pour accroître leur popularité internationale.

Quelques mois seulement avant la désintégration de l’URSS, rappelle Crespo, la population russe avait voté par référendum pour le maintien de l’Union Soviétique. Mais, dit-il, la tactique occidentale de flatter la vanité des politiciens, artistes et intellectuels soviétiques, a fini par transformer le politiquement impossible en politiquement inévitable.

ZunZuneo, Piramideo, CubaNow et l’utilisation de vedettes comme Yoani Sanchez et Silvio Rodriguez, tout semble faire partie d’un même plan de changement de régime, qui viendrait perturber l’atterrissage en douceur dans le capitalisme qui se prépare à Cuba.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.