L'aut'journal
Le samedi 20 juillet 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Big Brother de père en fils
N° 326 - février 2014
Un modèle de CHSLD qui ressemblerait à une grande maison familiale
La FIQ propose un modèle alternatif
Maude Messier
Des centres d’hébergement pour personnes aînées à échelle hu­maine, enracinés dans les communautés, avec des soins et des suivis médicaux adaptés, des activités, des loisirs et des services de qualité, le tout à même le réseau public. Possible ? C’est à tout le moins ce que pense la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), qui tente d’envisager autrement l’hébergement.

« En fait, ce à quoi on réfléchit en ce moment chez nous, c’est à un modèle qui ressemblerait à une grande maison familiale. C’est l’image qu’on a en tête », d’indiquer la présidente de la FIQ, Régine Laurent, en entrevue à l’aut’journal.

Les auditions publiques de la commission parlementaire abordant les conditions de vie des adultes hébergés en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ont débuté le 21 janvier dernier.

Au total, une quarantaine d’organisations viendront présenter leur mémoire. Déjà, on a été à même d’avoir un portrait peu reluisant des conditions de vie et de soins dans certains établissements.

Certes, la FIQ, à l’instar d’autres organisations syndicales, a présenté ses recommandations en commission parlementaire, mais l’organisation estime qu’il est grand temps de revoir en profondeur le modèle d’hébergement offert aux personnes aînées, spécialement dans un contexte où le gouvernement du Québec s’apprête à amorcer un virage dans les soins à domicile. Or, tout le monde n’a pas la possibilité de demeurer à domicile, pour diverses raisons et conditions.

La FIQ propose donc de développer un nouveau modèle d’hébergement, un réseau de « maisons pour aînés dans le secteur privé à but non lucratif, c’est-à-dire des lieux à échelle humaine dans lesquels les personnes hébergées seront au cœur des décisions qui les concernent et où les professionnelles en soins pourront jouir d’une plus grande autonomie et utiliser leurs capacités à leur plein potentiel ».

Régine Laurent explique qu’il s’agirait d’un modèle alternatif d’hébergement pour des personnes requérant un peu plus que des soins à domicile.

Un établissement accueillerait moins de 20 personnes, parfois même seulement quelques-unes. Les résidents auraient une grande autonomie quant aux services et aux soins dont ils souhaiteraient bénéficier. Mme Laurent évoque même l’idée qu’il y ait un conseil d’administration où siégeraient les résidents.

Les professionnelles en soins auraient une plus grande autonomie dans leur travail. « Il pourrait y avoir des ordonnances collectives. Elles pourraient maximiser leurs compétences, aller au maximum de ce qu’il leur est permis de faire. Elles feraient les suivis, feraient des accompagnements en milieu hospitalier lorsque nécessaire et s’assureraient du retour le plus rapidement possible dans l’établissement, quand c’est possible. »

L’établissement serait en lien avec le milieu communautaire, pour des services ou des activités par exemple.

« Nous réfléchissons à tout ça. Pour le moment, ce qui nous apparaît essentiel, c’est de sortir du carcan des ratios des heures-soins. Il faut penser un modèle de soins qui s’adapte aux patients et non pas l’inverse, comme c’est le cas en ce moment. Par exemple, si quelqu’un décidait de vouloir y mourir, ce serait alors possible, et les soins offerts s’y adapteraient en conséquence. Nous souhaitons un modèle d’hébergement où l’on accueillerait des couples aussi. Ça n’a aucun sens de séparer des gens qui vivent ensemble depuis 50 ans ! On veut limiter les séparations, les déménagements. »

La FIQ a d’ailleurs déjà présenté ses idées lors des consultations sur le programme d’assurance autonomie, sans toutefois recevoir toute l’attention souhaitée. Cette fois, Mme Laurent se réjouit de l’intérêt suscité. « On nous a posé beaucoup de questions. On espère pouvoir aller plus loin avec le ministère. »

Régine Laurent indique que ces réflexions cheminent dans la Fédération sous la coupe d’un comité intersectoriel, ajoutant qu’elles reçoivent un accueil très favorable auprès des professionnelles en soins que la FIQ représente.

« Elles nous disent bravo. Ce n’est pas le gouvernement qui va proposer ces changements, c’est à nous, comme organisation syndicale représentant ces professionnelles qui côtoient ces patients, de présenter ces pistes de réflexion. »

Le modèle que propose la FIQ serait entièrement public relativement aux soins et services. Seule la bâtisse pourrait faire l’objet d’un partenariat, explique-t-elle, avec les municipalités ou des organisations sans but lucratif par exemple, « mais pas avec le privé lucratif, si je puis dire. On ne veut rien savoir des PPP, l’expérience démontre que ce n’est pas une bonne chose. »

À la FIQ et à la CSN, on s’inquiète de voir une part accrue des places en hébergement glisser vers le privé, payées à même les fonds publics.

Joint par l’aut’journal, le vice-président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jean Lacharité, dit craindre que le développement des soins à domicile se fasse au détriment des CHSLD en s’accaparant le financement pour les soins de longue durée.

« L’assurance autonomie ne doit pas s’inscrire comme un substitut. Le maintien à domicile est louable, mais il ne faut pas oublier que les CHSLD sont un maillon du continuum de soins. Certaines personnes en ont besoin. Il faut s’assurer que ces gens qui ont contribué à la société toute leur vie aient un retour d’ascenseur. C’est une question d’accès à des soins de qualité, de dignité et de respect. »

La centrale est préoccupée par la liste d’attente qui s’allonge, alors que le gouvernement diminuait le nombre de lits de 4 % entre 2006 et 2011, une situation qui favorise l’émergence de CHSLD privés et d’établissements en partenariat public-privé.

Elle dénonce aussi le fait que le gouvernement confie aux établissements privés des places en hébergement, alors que certaines de ces résidences ne sont pas adaptées pour ce type de soins. Pour la CSN, l’accès universel et gratuit à des CHSLD publics et de qualité est un élément non négociable.

Elle demande au gouvernement de cesser « d’improviser au fil des compressions budgétaires qui se succèdent et plutôt de prévoir un continuum de soins pour les aînés ».

Pour ce faire, l’ensemble des orientations encadrant l’hébergement des personnes aînées doit être revu. La CSN propose un groupe paritaire pour établir des ratios de personnel adéquats pour « une humanisation des soins offerts » aux résidents des CHSLD, ainsi qu’une révision des formations pour répondre aux problèmes liés à l’alourdissement de la clientèle.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.