L'aut'journal
Le jeudi 24 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Hydro-Québec doit redevenir le vaisseau amiral de l’économie
N° 313 - octobre 2012
Un économiste « lucide » qui prêche dans le sens de ses commanditaires
Portrait néolibéral de Marcel Secor-Côté
Léo-Paul Lauzon
À mon arrivée à l’UQAM en 1973, au département des sciences administratives, l’économiste Marcel Côté était mon collègue. Il quitta peu de temps après pour fonder l’importante firme de consultation québécoise Secor avec d’autres professeurs, mais pas moi.

Un bon capitaliste, dont les positions ont toujours plu au patronat et aux politiciens tant péquistes que libéraux. Ceux-ci lui ont souvent demandé son avis, en plus de l’inviter de siéger au sein des comités. Moi, jamais je n’ai été consulté par des partis au pouvoir, si ce n’est Québec Solidaire et le Nouveau parti démocratique.

Marcel Côté, qui n’est pas comptable agréé (CA), rédige depuis plusieurs années une chronique mensuelle dans la revue CA magazine. Moi, je n’ai jamais reçu d’invitation de la part de cette publication, même si je suis comptable agréé depuis 1970. Que le temps passe vite mes amis, je dirais même plus, trop vite !

Dans une de ses chroniques parue dans le CA magazine du mois de mai 2008 intitulée : « Le Contrôle canadien des entreprises », mon ex-collègue a pris parti pour un plus grand contrôle canadien de nos fleurons économiques. Bravo, Marcel !

Mais voilà-t’y-pas qu’en juillet 2012, allant à l’encontre de ses beaux principes d’économie patriotique, il vend sa propre firme de consultation Secor à l’important cabinet d’experts-comptables étranger, KPMG.

Un lucide peut changer souvent d’idées et de principes, au gré des besoins, afin de s’adapter à un environnement changeant. Peu importe ce que les économistes lucides prêchent, même s’ils modifient à l’occasion leurs politiques, pour autant que ça demeure en conformité avec les mesures préconisées par leurs commanditaires.

Marcel, peux-tu, à l’instar des politiciens des É.-U., nous dire combien de millions tu as touchés à la vente de Secor, et, surtout, combien d’impôts tu as payés ? Si les États-Unis, que tu aimes bien, le font, pourquoi pas toi, Marcel ?

C’est son ex-firme Secor, maintenant propriété de KPMG qui, recevant un gros contrat de consultation de l’industrie minière du Québec, a évidemment conclu, oh surprise ! que : « Hausser les redevances ne serait pas plus payant » (La Presse, 1er août 2012).

Naturellement, même si cette pseudo-étude, qui s’assimile plus à une plogue, a été financée par le patronat, tous les médias écrits et parlés l’ont amplement couverte. J’en conclus donc que, s’il n’est pas payant d’augmenter les redevances des minières pour le gouvernement du Québec, ça rapporterait plus au Trésor si on les réduisait, même si plusieurs minières ne paient pas et n’ont jamais déboursé quelque redevance que ce soit.

Puis, dans une autre de ses très songées chroniques parue (encore) dans la même revue, publiée en septembre 2004 et titrée : « Faut-il investir davantage en santé ? », Marcel Côté s’est montré très favorable à la santé privée et même encore toujours plus, de santé privée.

C’est une théorie qui se défend et qui plaît à la classe dominante. Alors, les préposés s’exécutent. Le seul petit « hic » qui me fait tiquer, c’est que Marcel est actionnaire, non pas de la clinique privée, mais bel et bien de l’hôpital privé Rockland MD, qui bénéficie de nombreux contrats très lucratifs de la part d’organismes publics financés par le monde ordinaire. En passant, selon vous, Marcel est-il favorable à un plus grand nombre d’investissements publics dans la santé publique ? Question de 100 points.

Enfin, Marcel, dans un autre écrit publié au mois de juin 2009 et intitulé : « La Rémunération des hauts dirigeants », avait critiqué les salaires stratosphériques des dirigeants d’entreprises, ce qui ne l’a toutefois pas empêché en 1990 de se voir octroyer avec son ami Mario Bertrand (maintenant à la CAQ) des options d’achats d’actions très payantes de la société M3I, contrôlée à 81 % par Hydro-Québec.

Ce qui a aidé nos larrons, c’est que Mario Bertrand siégeait à la fois au conseil d’administration d’Hydro-Québec et de M3I. Se graisser les pattes à même la trésorerie d’instruments collectifs, c’est tellement facile pour les faiseux. Et la CAQ qui veut faire passer ses membres pour d’infatigables incorruptibles qui vont freiner la corruption au Québec. J’ai des doutes. De la belle argent, vite réalisée par nos deux « entrepreneurs », sans courir absolument aucun risque et sans fournir aucun véritable effort, sur le bras de la collectivité.

La morale de cette histoire : Peu importe ce que font et disent les « experts » néolibéraux, c’est tout le temps lucide, audacieux, courageux et pragmatique, même s’ils se contredisent à l’occasion et qu’ils ne font pas preuve de beaucoup de cohérence.

Pour des socialistes dans mon genre, c’est pas du tout pareil. Tout relève, dans le cas de mésadaptés comme moi, de la pensée magique, du caricatural, du populisme, du simplisme et même du « communishe ». Que Dieu me protège et qu’il me pardonne.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.