L'aut'journal
Le mercredi 16 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Intégration ou intégrisme ?
N° 306 - février 2012

Le gouverneur du Wisconsin menacé de révocation
Réjean Parent
Quatorze mois après avoir été élu, le gouverneur républicain du Wisconsin, Scott Walker, se voit montrer la porte par la population. En effet, une coalition citoyenne, le Wisconsin Uni (United Wisconsin), a réussi à obtenir plus d’un million de signatures demandant la révocation du gouverneur. Le déclenchement d’une nouvelle élection nécessite 540 000 signatures. Quatre autres sénateurs républicains sont également menacés de révocation.

Cette révolte populaire contre Scott Walker est très significative et représente également une défaite majeure pour les idées libertariennes véhiculées par le Tea Party aux États-Unis et reprises au Québec par le Réseau Liberté-Québec et l’Institut économique de Montréal (IEDM).

Aussitôt élu, Scott Walker s’était empressé de faire adopter des lois antisyndicales et antisociales pour faire payer aux travailleurs et à la classe moyenne les conséquences d’une crise économique dont ils ne sont absolument pas responsables.

Les mesures adoptées par Walker permettaient de sabrer dans les conditions de travail et les avantages sociaux des syndiqués du secteur public, supprimaient la perception automatique des cotisations syndicales et obligeaient la tenue d’un vote syndical tous les ans pour valider la « légitimité » des accréditations. Des mesures qui font saliver les bonzes libertariens du Québec tels que Michel Kelly-Gagnon, Joanne Marcotte et Éric Duhaime.

La demande de révocation contre Scott Walker est également une grosse défaite pour les frères David et Charles Koch, des multimilliardaires américains, qui ont financé la campagne du gouverneur pour faire avancer leurs idées antisyndicales et antisociales.

Les frères Koch investissent également des dizaines et des dizaines de millions de dollars chaque année pour supporter des ensembles de « penseurs » libertariens, tel l’IEDM, et divers groupes de pression prônant la réduction de l’État et la liberté individuelle comme valeur suprême.

Aujourd’hui, les travailleurs et l’ensemble des citoyens du Wisconsin sont en train de donner une bonne leçon à ces milliardaires d’extrême droite qui croient que leur argent peut tout acheter. La solidarité des travailleurs et des citoyens, lorsqu’ils s’unissent, est une force encore plus puissante que le pouvoir de leurs dollars.

Une leçon à retenir au Québec, alors que les syndiqués du secteur public et tous les travailleurs risquent de devoir faire face tôt ou tard aux politiques antisociales et antisyndicales de certains politiciens populistes.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.