accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Coteau rouge vous attend !
N° 302 - septembre 2011
Ottawa impuissant, Québec incapable et Alain Dubuc ineffable
Qui a peur de la concentration, coudonc ?
Léo-Paul Lauzon
Le 17 septembre 1996, un article de Lisa Binsse de La Presse, avait pour titre : « Concentration de la presse : situation alarmante au pays ». Pourquoi s’énerver pour si peu, mes amis ? Après tout, il ne s’agit que d’information. Puis, même si aujourd’hui Power, Quebecor et Transcontinental contrôlent plus de 90 % de la presse écrite au Québec, ce sont de bonnes grosses compagnies dotées d’une responsabilité sociale exemplaire.

Faut pas confondre : les monopoles et les oligopoles privés n’ont que du bon, contrairement aux sociétés d’État comme Hydro-Québec, la SAQ et la Caisse de dépôt et placement. D’ailleurs, l’analyste Normand Roy, de la Banque nationale, trouvait absolument salutaire cette concentration, comme le souligne le titre de cet article du Journal de Montréal : « Pour ramener la rentabilité dans les journaux, il faut limiter le nombre de propriétaires ». Peut-être faudrait-il que Transcontinental fusionne avec Power ? Deux agents économiques dans le secteur de la presse écrite, c’est beaucoup mieux que trois. Qu’en pensez-vous ?

Après que Power Corp. (Gesca) eut acquis, en 2001, Le Soleil de Québec, Le Droit d’Ottawa et Le Quotidien du Saguenay d’Unimédia (La Presse, 7 février 2001) et qu’avec Transcontinental ils eurent acquis 75 % du contrôle juridique du journal gratuit Métro, sans compter la mainmise sur la vaste majorité des hebdomadaires régionaux en Montérégie (Quebecor Media met la main sur 15 journaux régionaux en Montérégie, selon La Presse du 8 février 2011… Et l’hebdomadaire Le Canada français de Saint-Jean-sur-Richelieu est acheté par Transcontinental que signalait Le Devoir du 2 août 2011 avec aussi Le Richelieu, Le Guide de Cowansville… alouette ! Et c’est pas fini !), voilà que La Presse du 8 février 2001 titrait : « C’est au Canada que la concentration de presse est la plus élevée ».

Hourra ! Merveilleux modèle canadien qui en fait « le plusse meilleur pays du monde ». Attendez un peu, il en faut encore plus, comme l’indiquait le titre du texte du Devoir du 15 février 2001 : « Davantage de concentration ne ferait pas de mal », que nous disait la direction de Transcontinental. On doit donc déduire qu’un petit brin de plus de concentration fera alors du bien pour une information diversifiée, neutre, libre et objective. Je le savais bien. Prenez surtout pas l’exemple de la presse très diversifiée en Norvège, en Australie, en France et en Belgique où l’État a réglementé, pour éviter une concentration indue. Selon nos experts, ils font fausse route.

Dans les faits, je vous dirai que ce ne sont pas Power, Quebecor et Transcontinental qui détiennent les journaux. Vous ne me croyez pas ? Eh bien, c’est le lumineux Alain Dubuc de Power qui l’a affirmé le plus sérieusement du monde, tel que l’indique le titre de sa sublime et profonde opinion parue dans La Presse du 13 février 2003 : « Qui contrôle les médias ? Personne ! ».

Je vous l’ai dit et vous le redis, arrêtez de vous en faire pour si peu. Prenez exemple sur la sérénité du gouvernement fédéral rapportée dans Le Devoir : « Ottawa ne s’inquiète pas de la concentration des médias ».

Et puis, la concentration s’étend maintenant dans les médias électroniques avec l’acquisition de TVA et de Vidéotron par Quebecor, d’une entente de collaboration entre Radio-Canada et Power (Le Devoir, 22 août 2001) et l’acquisition de Corus par Cogeco (La Presse, 18 décembre 2010). C’est pour notre bien qu’ils font ça et pas du tout pour contrôler l’information diffusée. Esprits tordus, va !

Pas tellement grave si : « Concentration des médias : deux Canadiens sur trois souhaitent l’intervention de l’État » (Le Devoir, 14 mai 2004). Ah non, ils veulent encore l’intervention de l’État qui va brimer nos libertés, si chères aux conservateurs, aux libéraux et aux adéquistes, et celles de nos bienfaitrices transnationales de l’information. Je vous le dis, mieux vaut s’en remettre aux lois naturelles du marché comme dans le cas des pétrolières, des banques, des pharmaceutiques, etc., Le privé coûte cher, mais c’est mieux que du bonbon.

Mais la meilleure revient encore une fois et mon ami (je ne sais pas si lui me considère comme son ami, par contre) et collègue à l’UQÀM, Bernard Landry, qui a pondu cette autre perle, très songée : « Power (qui venait d’acquérir Le Soleil, Le Droit et Le Quotidien) a une obligation d’éthique capitaliste et d’éthique civique » (Le Devoir, 11 novembre 2000). « Les temps ont changé », qu’il a aussi ajouté sans rire. Faut donc s’adapter et se soumettre. Il se prend tellement au sérieux, trop à mon goût. Éthique capitaliste ou pas : « Gesca (Power) se veut rassurant, mais refuse de rendre des comptes » (Le Devoir, 1er mars 2001). Si Bernard Landry vante « l’éthique capitaliste », Jean Charest louange le « libéralisme social », et George W. Bush rend grâces au « capitalisme de compassion ». Bande d’insignifiants !

« Power investira dans les services publics », que titrait La Presse du 16 mai 1997. Des services publics, comme la distribution de l’eau, d’électricité et la gestion des déchets. Également, dans la santé privée et les pensions de retraite privées par le biais de ses filiales Great-West Life, Canada Life, London Life, Investors et Mackenzie Group. L’État peut donc se retirer de ces services publics au nom de la liberté individuelle. Tout est dorénavant marchandise, de l’éducation à la santé.

Admettez avec moi que ça n’a jamais paru dans leurs médias et dans leurs chroniques et éditoriaux que Power milite pour la privatisation de nos services publics et trouve toujours salutaire la hausse du prix de l’essence, elle qui est un actionnaire important de la transnationale pétrolière française Total et aussi de la gazière France-Suez. Leur éthique capitaliste leur interdit de faire des choses comme ça. Voyons donc ! Même s’ils ont refusé de publier mes textes, faut pas sauter aux conclusions hâtives. Il faudrait que je change d’attitude pour qu’il les publie. Tant pis pour moi.

Et puis le gouvernement Charest qui, comme c’est son habitude, est au service des intérêts supérieurs du gratin, mentionne : « Line Beauchamp se dit incapable d’agir sur la concentration de la presse » (Le Devoir, 14 mai 2004). C’est faux, madame. Déréglementer le marché du travail, augmenter les taxes à la consommation, tarifer les services publics, privatiser nos ressources naturelles, « réinginérier » l’État, etc., ça ils le peuvent et facilement en plus. Ça ne concerne que des travailleurs et le monde ben ordinaire. Mais, pas touche, aux bonzes de la société. Ce sont leurs amis et ce sont eux qui leur donneront une bonne job très payante après leur service politique.

Si l’inégalable Line Beauchamp est impuissante devant la concentration de la presse par les mastodontes corporatifs, elle est très puissante pour couper dans nos services publics, comme dans celui du seul instrument d’information publique qui n’est pas encore dans le giron du privé : « La décroissance de Télé-Québec est inévitable. La ministre Beauchamp n’a plus qu’à décider comment la réaliser » (La Presse, 28 juin 2005).

Voilà un geste courageux posé par la gang à Jean Charest, qui viendra atténuer les ravages de la concentration de la presse écrite et parlée. L’ineffable Alain Dubuc était quant à lui prêt à abattre Télé-Québec au lieu de la laisser agoniser. Alain est un être très sensible à la misère humaine et aux inégalités économiques. Il a donc proposé : « Le temps est venu de fermer Télé-Québec » (La Presse, 9 mars 1995).

Pour les pessimistes et les négatifs notoires, le titre de ces deux articles va vous remonter le moral et semer chez vous l’effervescence :

Gesca (Power) s’engage à maintenir une presse diversifiée (La Presse, 7 février 2001). Allez, souriez, devant un sens de l’humour aussi prononcé. Moi, en tout cas, je suis plié en deux. Faut dire je suis très ricaneux.

Quebecor assure ne pas représenter de danger pour la liberté de presse (Journal de Montréal, 16 février 2001). Ils ont effectivement tenu parole lors de lock-out prolongés au Journal de Montréal et au Journal de Québec. Puis, avec des chroniqueurs comme le franc-tireur Richard Martineau, le lucide Joseph Facal, Éric Duhaime de l’ADQ, Daniel Audet du Conseil du patronat, Nathalie Elgraby-Lévy de l’Institut économique de Montréal, David Descoteaux, un ancien de l’Institut économique de Montréal (dont la présidente du conseil d’administration est nulle autre qu’Hélène Desmarais, de la famille qui est propriétaire de Power), le maire Stéphane Gendron d’Huntington et j’en passe, voilà la preuve indubitable d’une très belle diversité d’opinions… peut-être un peu trop à gauche à mon goût, même s’ils ont continué à publier régulièrement leur chronique durant le lock-out de plus de deux ans au Journal de Montréal. Ils ont des principes, ces messieurs, et ils y tiennent, comme les fanatiques du Tea Party aux États-Unis.

C’est pas parce qu’on rit que c’est drôle, que clamait la défunte revue Croc. La Lâcheté et la complicité de nos politiciens vont faire en sorte que l’on va continuer à se faire farcir la cervelle.

Retour à la page précédente