L'aut'journal
Le mercredi 16 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
La chorale de la désinformation
N° 195 - décembre 2000

La démocratie en marche
Jacques Larue-Langlois
Les réductions augmentent

Afin de se conformer à la loi antidéficit que lui impose le gouvernement du Québec, le CLSC Saint-Michel est forcé, depuis le 14 novembre dernier, de refuser des service de soins à domicile à tout nouveau patient qui en fait la demande. La décision provoquera un engorgement encore plus prononcé dans les hôpitaux qui ne pourront plus donner de congé rapide à plusieurs patients, attendu que le CLSC en question ne sera plus en mesure de les prendre en charge en leur assurant les soins essentiels qu’ils requièrent à domicile.

Le déficit du CLSC Saint-Michel, son premier en 16 ans d’exercice financier, est la conséquence d’une augmentation inattendue du nombre de patients bénéficiant de soins à domicile, qui est passé de 400 en 1998 à 640 aujourd’hui, sans que son budget ne soit augmenté.

L’admirable administration gouvernementale du Québec a forcé des centaines d’infirmières à la retraite et les hôpitaux sont acculés à fermer des lits parce qu’ils manquent de personnel infirmier pour servir adéquatement leur clientèle. La même géniale administration gouvernementale a par ailleurs fermé des hôpitaux et voici que ceux qui restent sont de plus en plus engorgés. Elle en est maintenant à forcer les CLSC à réduire leurs services à la clientèle. Et tout ça en vue de régler une dette fictive à des institutions bancaires qui continuent de s’enrichir sur le dos des plus démunis et des plus fragiles.

Les députés s’augmentent

Pendant ce temps, les députés se votent une augmentation de traitement. J’en suis – parce qu’il vaut sans doute mieux les payer de crainte qu’ils ne se remboursent à l’aide de pots-de-vin ou pire, à même les fonds publics – mais après que tous les citoyens du Québec aient pu bénéficier de l’essentiel0 aliments, logement, vêtements... D’ici là, messieurs les élus, endettez-nous au besoin mais, de grâce, assurez-vous que chacun a à manger.

Les profits explosent

Et juste à côté de cette dégradation des services et par conséquent du niveau de vie d’un grand nombre de citoyens, Tembec, une vaste entreprise de fabrication de pâtes et papiers, n’est pas du tout gênée d’annoncer fièrement que l’exercice financier 2000 lui aura permis d’enregistrer une hausse de 700 % (sic) de son bénéfice net. Résultat 0 21,5 millions de $ de profit pour ses actionnaires qui eux, ne manquent de rien.

Encore plus près de chez nous, la maison Van Houtte (cafés, épicerie fine, aliments et ustensiles d’importation) affiche pour sa part une hausse de bénéfices nets de 10 millions $ pour une période de 28 semaines se terminant le 14 octobre dernier. La somme représente une augmentation de 15 % de la valeur des parts sur le marché. Une entreprise qui marche nécessairement bien puisqu’elle s’adresse aux nantis et est sans doute fréquentée par les actionnaires de Tembec et autres parasites, empochant des profits pour un travail que font des gagne-petits pendant qu’eux jouent au golf.

Les É.-U. dans la mire de Cuba

De Cuba, Fidel Castro a gentiment offert ses services ou ceux d’une commission d’experts neutres en vue de régler le conflit électoral américain qui, au moment d’aller sous presse, n’en finissait pas de déchirer l’opinion publique en deux camps irréductibles 0 la droite et l’extrême-droite. Le nouveau président de la Côte d’Ivoire a pour sa part proposé une supervision neutre de tout le processus électoral américain en vue d’une plus grande transparence et afin assurer l’équité à tous les citoyens du plus puissant pays d’Occident. Ironiques mais justes retours de politesse.

Et le Canada a l’heure de la « pluss meilleure éthique »

Pour sa part, le gouvernement canadien est resté bien coi. Et pour cause 0 un premier ministre qui se fait innocenter, par un conseiller en éthique qu’il a lui-même mis en place, d’ingérence auprès d’un directeur de la Banque du Canada, une société d’État ultimement nommée par le premier ministre lui-même, n’est absolument pas en mesure de servir une leçon de démocratie à mon onc’ Sam. Et tout continue d’aller pour le mieux dans « le pluss meilleur pays du monde ». La preuve d’ailleurs, c’est qu’on vient de le réélire.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.