L'aut'journal
Le mercredi 16 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
On a choisi le meilleur
N° 196 - février 2001

Un moyen efficace pour vider les écoles
Pascal Bergeron*

Courrier 0 La fameuse taxe à l’échec



En 1996, devant le refus des étudiants, en grève depuis un mois déjà, de plier dans leur lutte contre le dégel des frais de scolarité, le gouvernement du Parti québécois implante le controversé incitatif financier à la réussite, la fameuse « taxe à l’échec ». Les cégépiens de 23 collèges de la province reviennent à la charge cet hiver 0 ils ne veulent pas de ce moyen coercitif dont l’efficacité n’est toujours pas démontrée.

Selon la direction de l’enseignement supérieur au ministère de l’Éducation, la taxe à l’échec aurait eu des répercussions sur le taux de réussite. Celui-ci a augmenté de 3,3 % entre les sessions automne 1996 et 1999.

Mais au cours de la même période, le taux de passage du secondaire au collégial est passé de 63,4 % à 59,6 %. Cela découle de « diplôme d’études secondaires plus » (DES+), c’est-à-dire anglais et mathématique de secondaire 5 et histoire et physique de secondaire 4 comme préalable à l’admission au réseau collégial.

Considérant que 90 % des nouvelles inscriptions au collégial proviennent des finissants du secondaire, on peut en conclure que les 6 % d’étudiants les plus faibles retranchés du réseau sont le facteur déterminant de la hausse du taux de réussite au collégial mentionné précédemment.

D’autre part, des moyens tels les comités d’aide à la réussite, implantés à l’hiver 2000 dans certains collèges de la province, ont eu un effet impressionnant. Au collège de Rouyn-Noranda, par exemple, ce comité a rencontré tous les étudiants qui ont eu à payer une « taxe » pour des échecs lors de la session automne 1999.

Les résultats du travail de l’intervention sont probants. Le nombre d’étudiants ayant à payer une taxe à l’échec a diminué de 31 % à l’automne 2000 par rapport aux deux sessions d’automne antérieures. Une intervention directe auprès de l’étudiant est donc beaucoup plus rapide et efficace dans la poursuite d’objectifs de réussite que les moyens coercitifs mis en œuvre par le gouvernement.

*Association générale des étudiants du Cégep de Rouyn-Noranda

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.