L'aut'journal
Le samedi 25 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Un monorail pour relier le Québec
N° 296 - février 2011
Le papier, la forêt et la métallurgie unissent leurs forces
Une nouvelle fédération CSN des ressources naturelles
Marc Laviolette
Du 21 au 25 février prochain, les travailleurs et travailleuses du secteur privé de la CSN se donneront une nouvelle voix syndicale. En effet, la Fédération des travailleurs du papier et de la forêt (FTPF) et la Fédération de la métallurgie fusionneront pour devenir la Fédération de l’industrie manufacturière.

La nouvelle fédération, forte de 30 000 membres du secteur manufacturier, regroupant 330 syndicats, entend être une force syndicale à la défense des intérêts des travailleurs et travailleuses d’un secteur qui n’a pas été épargné par la dernière crise économique.

« Face aux difficultés économiques du secteur manufacturier québécois, en dégradation depuis plusieurs années, nous avons choisi de concentrer nos efforts, pendant que d’autres organisations syndicales choisissent de diversifier leur représentation sectorielle pour faire face à la crise. Nous voulons avoir une influence déterminante sur les décisions gouvernementales », confiait à l’aut’journal Alain Lampron, le président de la Fédération de la métallurgie.

Le président de la FTPF, Sylvain Parent, et Alain Lampron ont pu mesurer l’enthousiasme de leurs membres pour la nouvelle fédération lors de la tournée pré-congrès qu’ils viennent de terminer.

« La représentation politique, les services aux membres et la solidarité syndicale au sein de notre secteur et à la CSN s’en trouveront renforcés », de nous dire Alain Lampron.

Depuis les années 1990, les activités des deux fédérations convergaient. Il y eût d’abord des ententes de services pour offrir aux syndicats des services-conseils de qualité.

À son congrès de 1993, la CSN avait traité de la fusion de ses structures. Les structures régionales de la CSN – les conseils centraux – sont alors passés de 22 à 13.

« Le congrès avait aussi appelé les fédérations dont la fusion était à l’ordre du jour à procéder de façon volontaire. La Fédération de la métallurgie était alors en difficulté financière. Une fois ces problèmes de cotisations réglés, nous avons entrepris des discussions avec la FTPE. Mais, celles-ci ont achoppé sur la question de la représentation politique de la FTPF au sein de la nouvelle fédération. », rappelle Alain Lampron.

La fusion étant écartée, les deux fédérations ont cependant continué à cheminer en mettant en commun leurs services de formation et leurs sessions de formation santé-sécurité.

La crise dans le secteur manufacturier, du bois d’œuvre et dans les pâtes et papiers a posé la nécessité d’intensifier les discussions pour finalement en arriver à la nouvelle fédération.

« La nouvelle fédération couvre la globalité du secteur. Des ressources naturelles, en passant par la transformation, jusqu’au produit fini, notre expertise syndicale et professionnelle est au service de l’économie du Québec d’aujourd’hui et de demain », ont répété en conférence de presse dans chacune des régions Alain Lampron et Sylvain Parent.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.