L'aut'journal
Le lundi 24 juin 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le Québec absent de l’Arctique
N° 292 - septembre 2010

Che, un hombre nuevo
Ginette Leroux
La vie de celui que l’on surnommait affectueusement le Che est, de nouveau, portée à l’écran. Un regard nouveau basé sur des documents inédits, des images et enregistrements d’archives puisés à même sa vie intime et ses écrits personnels, illustrant sa quête profonde de liberté pour l’Amérique latine.

Le captivant documentaire de Tristán Bauer va au-delà de l’icône révolutionnaire, photographiée par Alberto Korda. Une recherche de plus de dix ans, initiée par le cinéaste aidé de son assistante Carolina Scaglione, dévoile l’être humain, le penseur et l’écrivain argentin.

De son enfance, on retient l’importante influence de ses parents. De belles images familiales montrent Ernestito ou Tété – surnoms affectueux – l’enfant choyé, veillé par son père qui lui lisait de la poésie lorsqu’il avait une crise d’asthme. Il lui apprenait à jouer aux échecs pour tromper l’ennui s’il lui arrivait de ne pas pouvoir aller à l’école à cause de sa maladie – dont il souffrira toute sa vie d’ailleurs.

À l’exemple de son père, son appareil photo et ses cahiers dans lesquels il notait les faits saillants de sa journée le suivront partout où il ira. Ernesto avait un attachement particulier à sa mère, à qui il ressemblait beaucoup. Une longue correspondance suivie s’établit entre eux.

Les forces armées de Bolivie ont donné l’accès à leurs documents classés qui révèlent qu’au plus fort des combats de la guérilla, le Che a su faire preuve d’une réflexion réaliste de la situation dans ses écrits.

Mais il n’était pas qu’un homme de tête, il savait aussi mettre l’épaule à la roue. On le voit dans les champs, assis sur un tracteur, cultiver la terre, relever ses manches pour aider les ouvriers puis, assis à la table partageant leur repas. « La terre appartient à celui qui la laboure », aimait-il répéter.

D’autres moments émouvants et jamais vus jusqu’à ce jour ont été tournés grâce à la générosité de Aleida Guevara March, sa femme, qui a accepté d’ouvrir les portes de sa maison et de ses souvenirs les plus intimes. Entre autres, elle permet d’entendre son mari lui réciter des poèmes qu’il a composés pour elle. « Ahora para ti lo más intimamente mío », lui dit-il, en signe de dédicace.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.