L'aut'journal
Le mercredi 19 septembre 2018
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le sundae des Amériques
N° 198 - avril 2001

Processus de paix compromis en Irlande du Nord
Pierre Dubuc
Le 16 mars dernier, l’aut’journal a rencontré Madame Bairbre de brún, députée du Sinn Féin et ministre de la Santé à l’Assemblée législative de l’Irlande du Nord. Nous avons pu faire le point sur la situation qui prévaut actuellement en Irlande du Nord.

L’Accord du Vendredi Saint se porte mal », de nous dire Mme de brún en soulignant qu’elle et son camarade, Martin McGuinness, ministre de l’Éducation, sont exclus par le premier ministre David Trimble de toute participation au Conseil des ministres de toute l’Irlande. « C’est de l’apartheid politique », lance-t-elle.

Pire encore, on assiste depuis quelque temps à une recrudescence de la violence contre les catholiques. « Au cours des dix dernières semaines, il y a eu 80 attaques de maisons catholiques à la bombe et au fusil par des paramilitaires loyalistes », de nous dire dans un excellent français cette ancienne professeure de français et de mathématiques à Belfast.

Le désarmement s’applique également aux loyalistes protestants

Cela peut se produire parce que ni les Unionistes, ni le gouvernement britannique n’ont honoré les obligations qui étaient les leurs en vertu de l’Accord du Vendredi Saint de 1998. « Le gouvernement britannique a renié ses promesses de démilitariser l’Irlande du Nord et de mettre sur pied une force policière radicalement nouvelle comme cela était prévu dans les accords », rappelle Mme de brún.

Par contre, les Républicains ont honoré tous leurs engagements. « L’Armée républicaine irlandaise (IRA) a maintenu son cessez-le-feu, ouvert ses caches d’armes aux inspecteurs internationaux et engagé des pourparlers avec la Commission internationale indépendante au désarmement », souligne la députée du Sinn Féin.

« De l’autre côté, les armes pullulent chez les loyalistes, que ce soit chez les milices, les policiers, les individus au point où le général canadien John de Chastelain a souligné dans son rapport que le désarmement devrait être réciproque », de dire Mme de brún.

Rappelons que l’Accord du Vendredi Saint prévoyait l'établissement d'un exécutif mixte, une assemblée semi-autonome, une réforme de la police, le désarmement des paramilitaires, la libération de leurs détenus, une coopération avec Dublin et des investissements économiques.

Le Sinn Féin doit s’armer de patience pour atteindre ses objectifs

Elle rappelle que ce sont les Républicains qui sont à l’origine du processus de paix et qu’ils soutiennent toujours les Accords du Vendredi Saint. « Nous avons fait preuve de beaucoup de patience avec un processus politique qui a titubé de crise en crise et vacillé parfois au bord de l’effondrement au point où cela a pu parfois causer quelque confusion quant à la direction prise par les Républicains », a-t-elle reconnu.

Aussi, Mme de brún a jugé nécessaire de réaffirmer les objectifs du républicanisme irlandais 0 « Nous sommes pour une Irlande unie, libre et indépendante. Nous sommes pour la paix et la justice. Nous rejetons la partition de notre pays. Nous rejetons la domination britannique sur quelque partie de l’Irlande que ce soit. Nous voulons une Irlande unie. »

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.