L'aut'journal
Le jeudi 18 juillet 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le sundae des Amériques
N° 198 - avril 2001

Tel oncle, tel neveu
Michel Lapierre

Livre (Lactence Papineau 0 Correspondance (1831-1857))



Lactance Papineau (1822-1862), médecin curieux de tout, était né pour être politiquement plus près de son père Louis-Joseph que de son neveu Henri Bourassa. À dix-sept ans, il arrive à Paris, où son père, victime de la répression anglaise, s'est exilé. Homme des Lumières, républicain modéré, Lactance est épris de liberté. Les Anglais, surtout ceux du Canada, sont loin de trouver grâce à ses yeux. Nous «avons subi la rage, écrit-il, et souffrons encore le joug odieux et brutal de la horde la plus barbare de cette grande race de pirates ».

Son rêve le plus cher est l'indépendance de son pays jusqu'au jour où, après son retour au Canada, il se met à avoir des apparitions. Revenu en France, il oublie le joug britannique et se sait investi d'une grande mission0 celle de purifier l'Église canadienne. Il se présente comme le frère Jésus-Marie, a la tête remplie de projets, tous plus saints les uns que les autres, et souhaite, bien sûr, rencontrer le pape pour lui en faire part. Il meurt en France, à l'âge de quarante ans. À l'asile.

Voilà la caricature tragique de la carrière de Henri Bourassa, qui naît presque six ans plus tard, et, peut-être bien, la caricature tragique de notre carrière à nous tous.

Correspondance (1831-1857), Lactance Papineau, Comeau et Nadeau, 2001

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.