L'aut'journal
Le mardi 20 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le capitulard
N° 287 - mars 2010

L’exode des infirmières vers le privé doit être stoppé
Maude Messier
L’exode des infirmières vers les agences privées est catastrophique pour la pérennité du réseau public de santé, selon Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) : « Il faut ramener ces filles dans le réseau public avec des conditions attrayantes. Il est impératif de stabiliser les équipes de base et arrêter cette pénurie de main-d’oeuvre. »

Pour la FIQ, c’est la machination du gouvernement et son obstination à toujours couper plus dans les ressources du réseau public qui est le seul responsable de l’actuelle pénurie de main-d’oeuvre: « On ne doit pas reporter le blâme sur le dos des travailleuses des agences. Souvent, pour elles, c’est une question de survie, elles prennent la fuite carrément. Des journées de 16 heures à répétition, jusqu’à trois fois la semaine, c’est évident pour tout le monde que ça n’a aucun sens ! »

Parce que l’étanchéité du réseau public de santé est fondamentale à sa pérennité, la FIQ s’apprête à mener la bataille sur tous les fronts : « L’unique façon d’assurer à la population un continuum de soins de qualité à des coûts raisonnables est d’avoir un réseau de santé entièrement public, sans incursion du privé. »

Au coeur du conflit, les gestionnaires des établissements de santé affirment que les infirmières privées ne sont pas des employées au même titre que le reste du personnel infirmier parce qu’elles sont payées par les agences. Elles ne sont donc pas soumises aux mêmes conditions de travail, conditions déterminées dans leur contrat avec l’agence.

Toutefois, la cause du CSSS de la Mitis fait exactement la démonstration inverse. En mai dernier, la Commission des relations de travail statuait que le personnel fourni par l’agence de placement doit être considéré comme salarié au sens du Code du travail et reconnaissait le CSSS de la Mitis comme le véritable employeur.

La cause, gagnée par le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeuthes de l’Est du Québec (SIIIEQ-CSQ), établit que les infirmières du privé oeuvrent pour la même mission que celles du réseau public, ont reçu la même formation, ont la même clientèle, effectuent les mêmes tâches, travaillent dans les mêmes locaux, etc. Le jugement reconnaît donc que le double traitement en faveur du personnel des agences est injuste et inéquitable.

Sur le plan juridique, une telle victoire est certes encourageante et favorable à la bataille de la FIQ, mais ne constitue en rien une jurisprudence: « Il ne peut y avoir de preuves collectives. Pour chaque cause, chaque établissement, ça prend des preuves individuelles. Pour chaque personne visée, chaque heure travaillée, chaque facture, etc. C’est colossal. Nous allons mener cette bataille et déposer des requêtes en vertu de l’article 39 du Code du travail un peu partout au Québec. »

À l’exemple de la requête du CSSS de la Mitis, la lutte de la FIQ vise à faire reconnaître, pour chaque établissement public concerné, les infirmières des agences privées comme salariées, au même titre que celles qui oeuvrent dans cet établissement, et les faire déclarer visées par l’unité d’accréditation syndicale et assujetties aux conditions de travail en vigueur.

Les moyens d’action entrepris par la FIQ ne s’arrêtent pas là : « Sur le plan politique, nous allons pousser le gouvernement à se compromettre. Il déclare publiquement vouloir d’un réseau public de santé fort, mais dans les faits, il agit tout autrement. On en a assez de les voir jouer aux hypocrites ! », révèle Régine Laurent.

La FIQ estime qu’il s’agit d’un dossier social et que la population doit être informée de ce qui se trame à son insu dans le réseau de la santé : « Sur le plan de l’information, nous entamerons sous peu une vaste campagne d’information pour le grand public, notamment sur l’importance de la continuité des soins et sur les coûts exorbitants du privé. »

Le manque chronique de personnel dans les équipes de travail de même que la gestion à court terme causent bien des maux de tête aux professionnelles en soins du réseau public. Le recours au personnel des agences privées ne devait être qu’une solution temporaire.

Loin de pallier la pénurie, cette pratique devenue systématique contribue tant à l’exode des infirmières du public qu’à leur épuisement professionnel. En raison du fort taux de roulement du personnel privé, le poids de la continuité des soins reposent sur les épaules de celui du réseau public, qui doit constamment supporter une surcharge de travail.

« Chaque établissement a ses propres procédures, ses méthodes de travail. Bien souvent, les travailleuses des agences ne les connaissent pas, ce qui alourdit la tâche de celles qui y travaillent chaque jour. Elles passent leur temps à donner des explications et à superviser en plus de leur travail régulier », explique Régine Laurent.

Comme si ce n’était pas suffisant, les infirmières des agences jouissent de conditions de travail avantageuses par rapport à leurs consoeurs du réseau public : « Les cas lourds et complexes incombent aussi à ces travailleuses ? du réseau public ? parce que les employeurs sont certains qu’elles ont l’expérience qu’il faut pour ces cas. Elles sont aussi contraintes de faire des heures supplémentaires, contrairement à celles des agences, qui ont souvent signé des clauses qui leur assurent qu’elles n’en feront jamais ! »

Tant au niveau du traitement salarial, du choix des quarts de travail, du remboursement des frais de déplacement, du choix des congés fériés et des vacances, tout comme des heures supplémentaires, obligatoires plus souvent qu’autrement pour celles du public, les disparités dans les conditions de travail sont nombreuses.

Relativement aux besoins criants de main-d’oeuvre, les agences bénéficient d’un rapport de force disproportionné auquel n’ont pourtant pas droit les syndicats pour négocier les conditions de travail des infirmières du réseau public. Ces dernières voient donc leurs conditions de travail s’éroder alors que celles du privé sont négociées à la pièce.

Pour la FIQ, le traitement préférentiel accordé au personnel des agences est inadmissible : « C’est injuste pour les travailleuses du réseau public. Au nom de quoi leur vie personnelle à elles et leur famille aurait moins de valeur que celles des agences ? Elles se découragent et s’épuisent », souligne Mme Laurent qui insiste aussi sur le fait que ces tensions détériorent le climat en milieu de travail et génèrent des conflits.

Dans le réseau public, les conditions de travail des infirmières sont connues et accessibles via les conventions collectives alors que celles des travailleuses du privé demeurent confidentielles sous le couvert du « secret commercial ». Allez donc savoir quel est le coût de l’infirmière du privé par rapport à sa consoeur du réseau public pour un travail égal !

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.