L'aut'journal
Le samedi 24 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
La grande peur h1n1
N° 283 - octobre 2009
Desjardins s’aligne sur la politique d’attente des urgences
Le Mouvement n’a plus de coopératif que le nom
Léo-Paul Lauzon
Innovation majeure aux caisses populaires. Faut, dorénavant, prendre un numéro et attendre son tour. Comme on n’augmente pas le personnel durant les périodes achalandées, au début du mois, par exemple, vous devez attendre patiemment plus d’une heure. Consolation, c’est moins pire qu’à l’urgence de l’hôpital ou chez le médecin.

Le Journal de Montréal du 10 mai 2000 nous annonçait des majorations atteignant jusqu’à 67 % pour les frais de service chez Desjardins. Réponse brillante de la suave porte-parole de Desjardins, Nathalie Genest : « Ces services ne sont pas rentables. C’est le principe de l’utilisateur-payeur ». Nathalie nous prend pour des « morons ». On te croit menteuse !

Dans le Journal de Montréal du 4 mars 2008, l’ancien président du Mouvement Desjardins, Alban D’Amours défend vaillamment l’américaine Visa, dont Desjardins est le plus grand émetteur de cartes de crédit au Québec : « D’Amours se porte à la défense de Visa ».

Par contre, dans La Presse du 11 septembre 2008, on apprend que : « cartes de crédit : les commerçants se rebiffent contre les hausses de tarifs » décrétées par le monopole privé Visa-Mastercard. Sans compter que depuis toujours, les individus se voient charger des taux d’intérêt shylockiens sur ces cartes. La « coopérative » Desjardins trouve ça correct d’arnaquer ses propres sociétaires.

Le nationalisme a ses limites, du moins au Québec. Le fric d’abord. Desjardins fut favorable à la vente à l’étranger de nos grandes compagnies à contrôle québécois comme Provigo, Cambior, Domtar, Biochem Pharma et la Bourse de Montréal ; parce que ça lui rapporte chaque fois des millions en commissions.

En 2008, Desjardins a salué la vente de la Bourse de Montréal à la Bourse de Toronto pour 1,3 milliard $. Ce que le monde ne savait pas à ce moment-là c’est que Desjardins conseillait la Bourse de Toronto (Groupe TSX), comme le signale l’article du Journal de Montréal du 18 janvier 2008. : « Desjardins a-t-elle privilégié ses propres intérêts ? »

En plus, Desjardins a financé l’opération de 1,3 milliards $. N’allez surtout pas voir là un quelconque conflit d’intérêt. Et le « minusque » ancien président de la Bourse de Montréal, Luc Bertrand, un petit faiseux qui a empoché des millions pour son aide et qui a finalisé ce délestage, a dit, dans Les Affaires, du 15 décembre 2007 : « Pour moi, c’est pas une vente, c’est une combinaison. Une combine à grand’s manches », je suppose.

Un autre qui nous prend pour des caves de luxe. Même Jacques Parizeau, dans le Journal de Montréal du 29 mars 2008, a condamné le comportement opportuniste de Desjardins.

Tiens, tiens, « Desjardins un peu plus torontois. Son service de recherche est dirigé de Bay Street (Toronto) » que nous apprend La Presse du 13 mars 2008 et Impératif français accuse le Mouvement Desjardins de s’angliciser. La coopérative dit « s’adapter » à l’évolution sociodémographique en modifiant sa politique linguistique, nous signale Le Devoir du 3 août 2008.

Voilà pourquoi il demande aussi au gouvernement du Québec de « s’adapter » et de se « moderniser » afin de « préserver la prospérité du Québec », selon Les Affaires du 12 avril 2008.

François Dupuis, économiste en chef et vice-président de Desjardins nous déballe dans ce texte, les mêmes âneries que les affairistes du patronat et les lucioles autoproclamés : « Diminuez les impôts des compagnies ; laissez davanta ge de place aux forces (sic) du marché par le recours à l’état minimal ; privatisez davantage les services publics et tarifiez ceux qui resteront publics, afin d’habituer la population à payer le prix du marché (re-sic) et augmentez les tarifs d’électricité et les frais de scolarité ».

Puis, dans La Presse du 7 mai 2008, Yves Saint-Maurice, économiste en chef adjoint de Desjardins « ne s’inquiète pas de voir nos ressources naturelles passer aux mains d’intérêts étrangers » et nous dit aussi que : « Les banques ont un avantage fiscal à s’implanter dans les paradis fiscaux ». Pardon, mais les mots me manquent.

Enfin, alors que Statistique Canada nous a annoncé que « le revenu des travailleurs stagne depuis 25 ans », nouvelle parue dans La Presse du 2 mai 2008, l’économiste Hélène Bégin, de Desjardins, se voulant à la fois niaiseusement positive et jovialiste, nous dit très sérieusement que : « La bonne nouvelle est que les plus riches paient plus d’impôts ». Furieusement pathétique ! Tirez vos propres conclusions.

Le mouvement Desjardins est devenu au fil des ans un gros danger public. Toujours en train de faire peur au monde ordinaire avec des épouvantails à moineaux éculés comme l’exode des cerveaux et le vieillissement de la population.

Dans un article intitulé : « Après la récession, le choc démographique » paru dans La Presse du 29 mai 2009, les économistes Hélène Bégin, François Dupuis et Hendrix Vachon de Desjardins affirment que : « pour atténuer le choc démographique et freiner l’exode des cerveaux, il va falloir miser davantage sur les taxes à la consommation et moins sur l’impôt des particuliers (ce que veulent le patronat et les nantis), redéfinir le rôle de l’État pour permettre (re-re-sic) aux Québécois de vivre davantage selon leurs moyens (le Québécois moyen s’entend, pas le Québécois supérieur). Certaines vaches sacrées (celles de la classe moyenne, pas celles des nantis et des compagnies) devront être sacrifiées. » Rien de moins !

La récession et le retour du déficit qui en a découlé, ce sont les compagnies et les profiteurs qui en sont responsables. Comme solution, on octroie des milliards en fonds publics aux coupables et aux responsables, défrayés par la population, et on exige des innocentes victimes de payer pour ce gâchis par de substantielles hausses des taxes à la consommation (les compagnies ne paient pas de TPS et de TVQ) et de tarification de services publics. La belle affaire ! Après, ils ont le front de venir nous parler de « vaches sacrées ».

L’augmentation importante de la dette publique occasionnée par les milliards versés en subventions au privé et les milliards consentis dans un déluge d’abris fiscaux, pour eux, c’est pas un problème. On n’a qu’à couper dans les services publics ou à les privatiser.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.