L'aut'journal
Le dimanche 20 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Ignatieff et le québec
N° 282 - septembre 2009
Le billet
S’aveugler est-il un droit ?
Gilles Derome
Les yeux fermés bin dur... Je devrais dire bien dur. Ce serait plus lexical. Nous ne voulons pas voir. Tous ensemble, nous nous sommes accordés le droit de ne pas voir. Et comme dans toute société « démocratique » de nom, nous ne voulons pas, compte tenu de nos richesses, faire en sorte que ça change. Plus vous êtes riches, plus par la force des choses, vous êtes profiteurs. Ce n’est pas un choix volontaire.

C’est le fondement même de notre société d’être entérinée par les pauvres. Ces derniers ne se révoltent plus. Ils se donnent le droit de subir et d’envier, sans se plaindre, et sans même chialer. Les riches ont la justice de leur bord, ce sont eux qui l’ont faite et l’image qu’ils transmettent est d’une rectitude absolue. Il serait difficile de la changer et d’espérer un carcan plus doux. Plus Haut se charge du Bien des travailleurs, avec une infinie majuscule, et eux devront se contenter de petits biens, payés cher à l’épicerie du coin.

Je brûle un feu rouge. Ma contravention sera de 150 dollars. Mon voisin brûle le même feu rouge, sa contravention sera de 150 dollars. Je gagne 16 000 $ par année. Mon voisin en gagne 160 000 $. La contravention est pour lui une « pinote ». C’est un bon repas du midi dans un restaurant moyen. Pour moi et ma famille, c’est le marché de la semaine.

C’est une injustice. Il faudrait que l’amende pécuniaire soit proportionnelle à la richesse du fautif. Je ne dois pas passer cinq jours en prison et l’autre trois heures. Notre société est construite sur l’arbitraire et l’homme ordinaire a le droit de se défendre, armé si nécessaire. La drogue fumée par les despotes est un rêve : elle ne donne aucun droit.

En 1757, Montesquieu souhaitait que « les peines pécuniaires soient proportionnées aux fortunes ». Un naïf qui n’a pas été compris. Il faut avouer qu’il n’est pas facile se frotter aux idées de l’auteur de L’esprit des lois, sans que le « petit quant-à-soi despotique » soit mis en cause par plusieurs de ses autres idées.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.