L'aut'journal
Le dimanche 20 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
L’unique Amir Khadir
N° 276 - février 2009
La pénurie de médecins mérite un meilleur remède
Pourquoi cette complaisance pour le Collège des médecins ?
Léo-Paul Lauzon
J’ai rarement vu, de ma jeune vie (j’ai 61 ans mais je ne fais pas mon âge, on m’en donnerait à peine 60) une personne aussi condescendante et méprisante que Yves Lamontagne, l’illustre président du Collège des médecins du Québec.

Ces médecins qui créent une pénurie artificielle de médecins au Québec afin d’exercer un chantage abject sur la population et de « booster » leurs gros salaires indécents et injustifiables, exactement comme le font les pétrolières.

Le gouvernement a une attitude plus bienveillante envers ce syndicat qu’envers les autres qui, il est vrai, ne représentent que des travailleurs ordinaires. Plus facile de jouer au matamore avec ces derniers.

Bravo au gouvernement de l’Ontario qui a décidé de passer outre les diktats et les menaces de ses médecins et qui va, dès l’an prochain, admettre plusieurs centaines de médecins de l’étranger et inscrire plus d’étudiants dans ses facultés. Ce qui est faisable en Ontario ne l’est pas au Québec. Vraiment curieux ! C’est probablement ça le fameux modèle québécois.

Comme le gouvernement québécois veut, avec raison, négocier une entente de reconnaissance réciproque des compétences des médecins avec la France, qui leur permettrait de venir pratiquer au Québec pour ainsi atténuer significativement notre pénurie chronique de docteurs et réduire les coûts publics, eh bien le boss de mes bécosses du Collège des médecins, s’est braqué et a déballé, comme d’habitude, les pires insanités.

Dans un article du Devoir du 22 janvier 2008, il a dit craindre l’afflux de médecins détenant des diplômes « pas très forts » obtenus dans les « anciennes colonies françaises » et qui pratiquent actuellement en France. Le toubib a ajouté : « Je ne suis pas raciste en disant ça » !

Une chance qu’ils n’est pas raciste sinon ça donnerait quoi au juste? Monsieur Lamontagne, ces anciennes colonies, comme vous dites, sont parties intégrales de la France à titre de départements. S’ils sont bons pour pratiquer en France, ils le seront certainement ici, à moins que vous considériez la France comme un pays sous-développé. C’est pareil pour les médecins formés à Hawaï et en Alaska qui sont autorisés à pratiquer aux États-Unis.

Il ajoute même craindre la venue de médecins formés en Europe de l’Est. Vous voyez bien qu’il n’est pas raciste, juste xénophobe. Une mentalité aussi pire que celle du Front national de Jean-Marie Le Pen en France.

Puis, il a ajouté cette autre perle : « On peut plus leur en montrer (aux médecins français) qu’ils peuvent nous en apprendre ». S’il y en a qui souffrent du SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) lui souffre du SIAS (Syndrome intellectuel aigu sévère).

De plus, le 14 janvier 2003, il avait dit dans le Journal de Montréal : « Si les hôpitaux appartenaient aux médecins (sic), ils seraient plus motivés. Je vous dis que le gars d’entretien travaillerait plus vite ».

Évidemment, il n’affiche aucun regret pour ses propos déplacés, il se dit juste « coloré ». S’il avait fallu que le président du syndicat des cols bleus de Montréal tienne un tel discours, les chroniqueurs et les éditorialistes de tous les médias se seraient déchaînés sur lui.

Par l’importance du poste qu’il occupe, le docteur Lamontagne est une disgrâce et un danger public. Les médecins devraient immédiatement exiger sa démission, ce qui lui permettrait de voyager un peu dans les « anciennes colonies françaises ». Ça le déniaiserait beaucoup! On paie le voyage, aller simple s’entend !

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.