L'aut'journal
Le vendredi 19 juillet 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le capitaine Pète-bernier
N° 269 - mai 2008

Le capitaine Pète-bernier
Pierre Dubuc
Tous ceux qui cherchent encore la cause de la démission du général Hillier devraient considérer l’hypothèse Bernier. Rick Hillier a eu la tête du ministre de la Défense Gordon O’Connor, a tenu tête au premier ministre Stephen Harper et s’est imposé comme le véritable « boss » de la mission canadienne en Afghanistan.

Le général a maintenu le cap malgré le sous-équipement de son armée. Il a fait le dos rond quand il a vu ses soldats débarquer avec leurs uniformes d’hiver; il a rongé son frein quand ses soldats se sont faits canarder par des « tirs amis » de l’aviation américaine.

Mais tout cela, c’était avant que le ministre des Affaires étrangères Maxime Bernier débarque à Kandahar et réclame publiquement la tête du gouverneur de la région, annulant par le fait même des mois de manœuvres diplomatiques… pour évincer ledit gouverneur !

Hillier avait détourné la tête lors de l’épisode de la distribution des Joe Louis par le même Bernier et on raconte qu’il s’est bouché les oreilles à plusieurs reprises lors du Sommet de l’Otan à Bucarest.

Mais là, c’était trop !

Il a rendu les armes. Le Capitaine Pète-Bernier est vraiment l’arme secrète du pacifisme québécois.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.