L'aut'journal
Le mardi 20 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
La 3e langue de la ministre
N° 268 - avril 2008

Le ministre Couillard donne toujours son 300 %
Léo-Paul Lauzon
On se rappelle que dans mon dernier article, malgré les sparages de Philippe Couillard qui disait vouloir tenir tête aux pharmaceutiques pour le prix des médicaments (La Presse, 14 novembre 2003), eh bien quelle surprise d’apprendre, en 2004, que « Médicaments : Québec abolira le gel des prix » (Le Devoir, 17 décembre 2004)!

On tombe à la renverse ensuite par cette nouvelle parue en 2007, comme quoi « certains médicaments pourraient coûter jusqu’à 140 % » (La Presse, 18 juin 2007). Parlez-moi de quelqu’un qui sait tenir tête et qui ne lâche pas le morceau facilement, il pourrait tous nous donner des leçons… d’autant plus que ces dits médicaments ont augmenté de 300 %, dans les faits…

Vous le savez bien ou vous devriez commencer à le savoir, quand les coûts de notre système de santé publique augmentent à cause du prix des médicaments pratiqué par les « pôvres » pharmaceutiques, de la rémunération de nos bons médecins qui avoisine le salaire minimum et de la présence accrue du privé créateur de richesse pour tous, ça énerve moins les petits monstres à batterie qui prédisent l’apocalypse pour ledit système de santé public comme Claude Castonguay, Lucien Bouchard et Pierre Fortin.

Eux préfèrent culpabiliser le monde ordinaire en agitant le vieillissement de la population. De vrais charlatans que nos gouvernements aiment bien consulter malgré tout parce que c’est le type de conseils et de recommandations qu’ils veulent recevoir : tarifier notre système de santé publique et le privatiser à leurs bons amis. Les libéraux et les péquistes ont fait montre de plus de courage pour tenir tête et plumer les employés de l’État.

Dans l’article de Denis Lessard de La Presse du 18 juin 2007, il est dit dans la section « ruptures de stock artificielles » que « des pharmaceutiques avaient exigé des hausses importantes. Leurs médicaments étaient introuvables au Québec alors qu’ils se vendaient ailleurs ».

Voilà des compagnies qui, avec la complicité tacite de vos élus, posent sans aucune retenue des gestes criminels. Des compagnies pharmaceutiques qui n’ont de privé que le nom puisqu’elles sont financées à plus de 80 % avec des fonds publics, c’est-à-dire votre argent.

Puis, lorsqu’elles font une découverte financée par les deniers publics, elles tiennent la population en otage en ne vendant leurs médicaments qu’à leurs conditions et à leurs gros prix démentiels.

Faut arrêter ce chantage tout de suite en mettant sur pied Pharma Québec, une société d’État qui appartiendrait à tous et qui ferait que l’on serait un peu plus libre et un peu plus maître de notre destinée et moins exposé au chantage.

Si seulement on n’avait pas privatisé Biochem Pharma à des parvenus comme Francesco Bellini qui l’a vendue à des Anglais puis est allé s’installer en Alberta avec «nos» millions afin de ne pas payer d’impôts.

Faute de pouvoir venir à bout des mammouths pharmaceutiques, La Presse titrait : « Québec veut sensibiliser la population au coût des médicaments », ce qui revient à dire « soumettez-vous à vos maîtres et payez, bande de caves, afin d’engraisser ces gros cochons corporatifs. »

Face à la pénurie chronique du nombre de médecins au Québec, pénurie artificielle créée de toutes pièces par le Collègue des médecins et la Fédération des spécialistes, le titre de cet article du Journal de Montréal du 23 avril 2007 dit tout de la bravoure de notre ministre de la Santé : « Couillard impuissant ».

Il est écrit dans cet article que : « Le ministère de la Santé dit avoir une réelle ambition (sic) d’impliquer davantage de médecins étrangers au Québec, mais il souligne que ce pouvoir de reconnaissance appartient au Collège des médecins. Nous ne pouvons pas nous impliquer au-delà de leur pouvoir ».

Bande de menteurs et de lâches. Arrêtez donc de rire du monde. Pas nécessaire de chercher bien longtemps et bien loin pour contredire le beau barbu à Philippe Couillard. En effet, même pas un mois avant, soit le 30 mars 2007, on pouvait lire dans l’article du Journal de Montréal intitulé : « L’Ontario recrute six fois plus de nouveaux médecins que le Québec », que : « Alors qu’on compte 500 nouveaux médecins par année au Québec, l’Ontario a annoncé, hier, qu’elle en avait recruté 3000 depuis un an. Il faut dire que 63% des nouveaux médecins ontariens proviennent de l’extérieur de la province. Encore plus surprenant, près de la moitié des nouveaux médecins proviennent d’autres pays ».

Ce qui est possible en Ontario est impossible ici. Vraiment ignoble, et je choisis mes mots. Selon l’Institut canadien d’information sur la santé, c’est au Québec que l’on trouve le moins de médecins étrangers, tel que signalé dans l’article de Mathieu Perreault de La Presse du 26 octobre 2007. Même s’il y a pénurie de médecins au Québec, on rapporte que « pour immigrer au Québec : Mieux vaut être boucher que médecin », tel était le titre de l’article du Devoir du 18 septembre 2007.

Alors qui mène au Québec ? Les pétrolières, les banques et les papetières comme nous l’avons vu dans mes autres articles et les pharmaceutiques dans ce texte.

Faut nous prendre vraiment pour des imbéciles et faire preuve de mépris envers la population pour venir nous dire que le gouvernement du Québec ne peut rien face au syndicat des médecins alors que durant la même période, dans la province voisine, le gouvernement de l’Ontario a réussi à juguler rapidement la pénurie de médecins.

Ça, ça fait partie du modèle québécois que les lucides tiennent à nous imposer à tout prix. Mais, ce genre de soumission face aux puissants de ce monde n’est pas du tout décrié par nos faiseux de tout poil.

Avec un minimum de courage de la part de politiciens vraiment au service des intérêts supérieurs de la collectivité, oui on pourrait agir, pour le mieux-être de l’ensemble, en mettant à leur place les médecins, les pharmaceutiques, les pétrolières, les banques, etc.

Mais, vous préférez élire des gouvernements au service des intérêts particuliers des profiteurs et des filous. Et, n’oubliez pas de continuer à chialer contre les syndicats et les assistés sociaux, supposément les privilégiés de la société, ce que beaucoup d’entre vous chantent en chœur.

Faites donc, un coup parti, comme l’ADQ de Mario Dumont qui veut absolument serrer la vis aux assistés sociaux (La Presse, 18 novembre 2007) et « slaquer » la vis des pharmaceutiques, des juges, des pétrolières et des médecins afin de les aider à mieux vous « entretenir ».

Au moins, Philippe Couillard et Jean Charest ne sont pas ingrats avec nos cerveaux et nos bienfaiteurs et trouvent toujours de l’argent pour leur démontrer leur immense reconnaissance de daigner nous servir, comme le montre le titre de ces cinq articles :

« Médecins spécialistes / Entente : jusqu’à 150 000$ de plus par année », le Journal de Montréal, 9 septembre 2007. Pendant ce temps-là, on gèle le salaire des fonctionnaires, faute d’argent qu’ils disent;

« L’entente avec les spécialistes coûtera 1 milliard par année », La Presse, 18 septembre 2007. Ça c’est pour les spécialistes seulement. Avec ça, on peut bien ne plus avoir d’argent pour les nids-de-poule et les viaducs qui tombent;

« Les millions pleuvent sur les omnipraticiens. La hausse de revenus annoncée pourrait atteindre 30 % d’ici 2016 », le Devoir, 20 novembre 2007. Les millions pour les omnipraticiens et les pluies acides pour les autres;

« Salaires : les médecins choyés par Québec », le Journal de Montréal, 20 novembre 2007. Faut choyer les médecins et les juges et « chopper » les assistés sociaux et les chômeurs;

« Les juges font encore sauter la banque. Ils obtiendraient une «rétro» de 60 500 $ après en avoir touché une première de 145 000 $ », le Journal de Montréal, 17 octobre 2007. Après tout, les juges ne sont pas des « cotons ».

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.