L'aut'journal
Le jeudi 22 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Un sauveur nous est né
N° 265 - décembre 2007
Au Québec, les géants des télécom défendent leurs poteaux
Hors des centres, point d’internautes de haut vol !
Camille Beaulieu
Rouyn-Noranda – Information, culture, travail et même loisirs, le Web a révolutionné tous les aspects de notre vie depuis dix ans. Le Canada, pourtant, se traîne derrière les États-Unis dans l’utilisation d’Internet. Le Québec, lui, retarde derrière les autres provinces.

Il n’en reste pas moins qu’un Québécois sur deux travaille avec l’Internet, constate Léger Marketing, un sur trois y travaille même à domicile. La plupart de ces internautes habitent toutefois des centres, parce que les régions, elles, marquent le pas. Statistique Canada mesure cette déroute: 12 % seulement des ruraux québécois disposaient de la haute vitesse en 2005. Quatre fois moins qu’en ville. C’est ce qu’on appelle l’infopauvreté.

Toutes les régions du Québec souffrent de cette carence. La Côte-Nord est la moins atteinte, puis suivent dans l’ordre : Lanaudière, les Laurentides, l’Estrie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Chaudière-Appalaches, l’Abitibi-Témiscamingue, le Centre-du-Québec, la Mauricie, le Bas-Saint-Laurent et pour finir Gaspésie-les-Îles-de-la-Madeleine.

Ces régions sont d’office déclassées dans la nouvelle économie. « Qui n’a pas Internet haute vitesse ne peut plus espérer attirer une entreprise, pas même un travailleur autonome, lance avec raison Nathalie Collard, éditorialiste à La Presse. Internet est devenu un besoin essentiel comme l’eau et l’électricité »

Ottawa et Québec ont voulu combler cette « fracture numérique » qui hypothèque l’existence de 2 millions de régionaux par des programmes : Large bande et Village branché, qui relient maintenant par satellite ou par fibre optique les écoles et les institutions dans 800 localités et 62 MRC.

Malheureusement, les contrats d’exploitation de ces réseaux varient d’un endroit à l’autre dans un fouillis indescriptible. Parfois le réseau devient propriété des commissions scolaires, plus rarement des MRC. Ici les deux réseaux se confondent, là ils sont autonomes.

Le programme fédéral de large bande permet la transmission du signal vers les domiciles particuliers, plusieurs provinces ont donc branché villages et rangs en même temps que les institutions : « Le Nord (de la Saskatchewan) est entré dans l’ère technologique », se félicite Al Rivard, président de la Northern Development Board Corp.

Son alter ego québécois ne peut en dire autant; le programme Village branché, sous l’égide du ministère de l’Éducation, interdit de brancher les domiciles.

Pour comble, les maîtres d’œuvre, câblodistributeurs et compagnies de téléphone, associés au déploiement du réseau dans 17 MRC, en sont parfois devenus propriétaires.

Télébec, qui a investi 5,2 M$ dans ce réseau de quelque 30 millions de dollars en Abitibi-Témiscamingue, le contrôle dans quatre des cinq MRC. Télébec utilise maintenant ce réseau large bande pour développer son propre réseau haute vitesse par fil à l’intérieur et autour des villages.

Les rangs, moins rentables, sont laissés de côté, même si l’enveloppe du Pacte rural a défrayé la quote-part de plusieurs MRC et si chaque village paie un loyer annuel.

Cet écrémage de clientèle et une impitoyable guerre de tranchées par les compagnies de téléphone et les câblodistributeurs coupent les jambes des petits distributeurs de liens Internet à vocation rurale partout au Québec.

Il s’agissait au départ d’une guerre psychologique sur fond de lobbying auprès des institutions, des municipalités, des MRC et des Conférences régionales des élus (CRÉ).

Les échauffourées ont dérapé par endroits en sabotages d’antennes WiFi, en campagnes de désinformation, en tracasseries administratives, ou en blocus de réseaux intermunicipaux trop complexes pour être laissés aux autochtones.

L’effet est drastique : « La plupart de nos membres utilisent encore le fax », constate Michel Poulin, directeur du service informatique à la confédération de l’UPA.

Certaines communautés n’ont, par contre, pas baissé les bras. Les 1 500 habitants de Saint Théodore d’Acton ont convaincu CoopTel de cohabiter avec un réseau WiMax (Internet par ondes radio encore plus performant que le WiFI) qui arrose villages et rangs depuis deux ans jusqu’à Saint-Nazaire d’Acton et Upton. Le débat est lancé pour généraliser le sans fil dans cette MRC agricole à 90 %.

La marmite, enfin, menace de sauter en Gaspésie, où malgré 5 M$ injectés dans un réseau de fibre optique, 8 des 11 municipalités de la MRC d’Avignon sont toujours privées de la haute vitesse.

Entravée par ses fils, la téléphonie de Télus, Télébec et les autres accouchent difficilement de l’Internet. C’est pourquoi certaines campagnes à deux heures de Montréal sont privées de la haute vitesse, tandis que des voisins séparés par une rivière vivent en réalité à des années-lumière les uns des autres.

L’infopauvreté pointe son nez de l’Abitibi à la Gaspésie, en passant par la région de la Pocatière aussi bien qu’à Baie Saint-Paul, à Lachute ou à Saint-Hugues près de Saint-Hyacinthe.

À Nominingue, des citoyens réclament une enquête sur la MRC suspectée de favoriser les compagnies de téléphone. Bref, on bougonne beaucoup, partout dans nos campagnes, à propos d’élus, dupes ou complices.

Les grosses compagnies livrent un combat d’arrière-garde parce que d’autres technologies, les ondes radio, tout aussi performantes que le câble ou les fibres, s’avèrent beaucoup moins chères. Des solutions s’imposent.

Une antenne WiFi d’une capacité d’une douzaine de kilomètres coûte quelques centaines de dollars. Les abonnés défraient ensuite, outre une coupole, plus ou moins 40 $ par mois d’abonnement.

Des municipalités aux États-Unis et en Europe distribuent même le signal à leurs administrés à titre de service public.

Le Québec fait exception parce que les géants des télécommunications y défendent bec et ongles leurs poteaux et leurs privilèges dans des campagnes qu’elles desservent par l’Internet basse vitesse par téléphone.

Elles y perçoivent les abonnements, une trentaine de dollars mensuels, sans fatigue ou investissements dans de nouveaux équipements.

Ce service est bancal et antédiluvien au point où 80 % des sites sur le Web lui sont inaccessibles parce que trop lourds pour la basse vitesse. L’ironie veut que ce soient souvent les mêmes compagnies qui imposaient des lignes à abonnés multiples en milieux ruraux dans les années 1970, 80 et 90.

Si le problème est québécois, la solution vient parfois d’ailleurs. Écœuré de la basse vitesse par téléphone, Serge Guenette a sauté la frontière jusqu’à un fournisseur ontarien WiFi soixante fois plus rapide, Parolink de New-Liskeard: 3 millions de bits/sec à 39 $ par mois.

« Mes clients ont la haute vitesse, précise Guénette, ils achèteraient ailleurs si je ne l’avais pas. » Son entreprise crée 7 emplois à Nédelec, un village de 429 habitants du nord Témiscamingue.

Parolink, du coup, ne fournit plus à la demande : « La haute vitesse représente un investissement minime pour une communauté, 10 ou 15 000 $, sans lequel même les propriétés sont dévaluées, explique son patron franco-ontarien, Patrick Miron. Mais les compagnies de téléphone monopolisent les secteurs ruraux. »

« Pas d’Internet, pas de commandes », confirme lui aussi Raymond Boudreault, président de la Fraisonnée de Clerval dans le même secteur. Ça n’est pourtant pas l’amour fou entre M. Boudreault et son service satellitaire unidirectionnel Sympatico à 65 $ par mois : « Internet par satellite, c’est toujours planté ! »

Son fournisseur, Richard Brunelle de PC Mobile, se débarrassera sous peu de Télébec qui lui facture 1650 $ par mois pour un mégabit d’accès au Web mondial. Pearsona, une firme américaine, lui fournira la même capacité à 185$ par mois. Brunelle passera, du coup, dès l’an prochain de 90 à 500 clients.

Frustrés mais pas aveugles, des régionaux commencent à bien comprendre les enjeux. « On a maintenant la fibre optique au village, constate Huguette Béland, coordonnatrice de la bibliothèque de Preissac, mais je présume qu’on va rester avec la Coop WiFi. C’est moins cher et il faut encourager une entreprise qui dessert les rangs ! »

Internet, depuis dix ans, s’est révélé un outil de développement social et économique sans pareil. La haute vitesse est tout indiquée pour le travail à domicile, l’abolition des frais interurbains, les télé-enseignements, e-culture, télémédecine.

Internet aujourd’hui c’est une affaire de vie ou de mort, constate Solidarité rurale qui réclame le branchement jusqu’au dernier rang de la province. Un groupe de travail organisé par Québec prévoit qu’on y sera dans cinq ans; une éternité pour deux millions d’exclus des technologies de l’information.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.