L'aut'journal
Le mardi 21 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Bientôt sur nos ondes !
N° 254 - novembre 2006
L’aberration a-t-elle besoin de deux hôpitaux pour se soigner ?
MUHC et CHUM n’est pas un duo comique
Jean Dorion et Denis Lazure
Faisant fi des dépassements de coûts appréhendés, le gouvernement du Québec s’apprête à engouffrer au moins 3,6 milliards dans la construction simultanée de DEUX mégahôpitaux à Montréal, le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) et le McGill University Health Centre (MUHC).

Nous estimons qu’économiquement, démographiquement, du point de vue de l’efficacité administrative comme de celui de la qualité des soins aux patients, la construction de deux mégahôpitaux à Montréal est une aberration. Surtout que l’on sait maintenant que McGill refuse de participer avec l’Université de Montréal à un partage des surspécialités, qui éviterait une partie du dédoublement actuel des coûts.

D’une part, il est loin d’être évident que la taille d’une ville comme Montréal justifie ce dédoublement des structures et des coûts, compte tenu de la faiblesse des ressources financières disponibles. On parle de 3,6 milliards investis dans du béton et de l’équipement, uniquement dans la métropole, alors que l’ensemble du Québec connaît une pénurie sans précédent de médecins et de personnel dans le système de la santé. Mentionnons que, selon la Fédération des médecins spécialistes du Québec, il manque environ 1 000 médecins spécialistes au Québec.

De plus, l’attribution de 50 % du financement au mégahôpital anglophone revient, ni plus ni moins, à rendre permanente la pénurie de médecins au Québec. Bon an mal an, plus de 50 % des diplômés provenant de la « Medical School » de McGill quittent le Québec, surtout pour l’Ontario et les États-Unis. Dix ans après la diplômation, on compte 63 % de départs parmi les médecins mcgillois.

L’Université de Montréal a formé 4 fois plus de médecins pratiquant présentement au Québec que son homologue de langue anglaise. Entre 1995 et 2002, alors que le Québec subissait une perte nette de 355 médecins, 450 médecins mcgillois quittaient le Québec pour aller s’établir ailleurs. Pourtant, le MUHC recevra autant de fonds publics que le CHUM !

On invoque des « raisons historiques et linguistiques » pour justifier la construction du MUHC. En fait, l’ampleur de l’investissement évoque davantage la poursuite d’un rapport colonial que le respect d’une minorité historique. Les anglophones ne représentent en fait que 12,1 % de la population de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Les francophones (67,3 %) sont presque cinq fois et demi plus nombreux !

Dans un contexte de rareté des ressources, la simple logique voudrait qu’on ne construise à Montréal qu’un seul mégahôpital, un projet emballant et rassembleur regroupant les chercheurs des deux universités et administré dans la langue officielle du Québec par son personnel de toutes origines, avec des accommodements au niveau des soins en faveur des patients qui ne la parlent pas, comme on en fait dans tous les pays civilisés.

Mais si l’on veut absolument construire le MUHC, il devrait obtenir 12 % du budget total. Toute autre répartition du financement constitue une injustice qui pénalisera les francophones et encouragera l’anglicisation des allophones (le réseau hospitalier est l’un des plus gros employeurs à Montréal) en plus d’impliquer, par la duplication, un gaspillage des ressources déjà insuffisantes du Québec dans le secteur de la santé.

Rappelons qu’un sondage CROP indiquait, le 29 mars 2006, que 76 % des Québécois étaient en faveur de la construction d’un seul mégahôpital universitaire. Le projet de construire deux mégahôpitaux à Montréal n’a pas l’appui de la population. Les infrastructures hospitalières comme les infrastructures routières de tout le Québec doivent cesser d’être négligées au profit d’une concentration à Montréal.

La coalition unseulchu.org est une coalition non partisane de citoyens qui réclament :

Que le projet de la cour Glen soit abandonné. Les bâtiments actuels du MUHC pourraient être modernisés à plus faible coût.

Qu’un seul mégahôpital soit construit, soit celui de l’Université de Montréal.

Que cet hôpital soit partagé avec l’université McGill dans le cas des surspécialités requérant une concentration des services.

Le site Internet de la Coalition est déjà actif et une pétition a commencé à circuler. La Coalition unseulchu.org invite le Gouvernement à suspendre le projet de construction du MUHC afin d’éviter un nouveau Mirabel de la santé. Pendant qu’il en est encore temps, nous exhortons le Gouvernement à effectuer des audiences publiques et que, cette fois, toutes les options soient sur la table, notamment celle, emballante, d’un seul CHU à Montréal.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.