L'aut'journal
Le mercredi 12 décembre 2018
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
L'anglo " rose " de la Commission Larose
N° 202 - septembre 2001

Monsieur Larose se dérobe
Charles Castonguay
Pour Buffon, mathématicien remarquable, intendant du Jardin du Roi et grand vulgarisateur scientifique du XVIIIe siècle, « la seule vraie science est la connaissance des faits ». La Commission Laurendeau-Dunton qui a, dans les années 60, donné un formidable essor à la recherche en sciences humaines au Canada, en avait fait son mot d’ordre. Dès son rapport préliminaire, André Laurendeau annonçait ses couleurs en prenant « le risque de la lucidité ». Dans son rapport final, il a insisté 0 « Des sujets mal définis ou incomplètement explorés laissent la voie libre aux demi-vérités et aux préjugés. » Sa commission visait à transformer en profondeur les règles du jeu linguistique. Elle savait que pour faire accepter des changements significatifs, il lui fallait obligatoirement présenter un exposé complet et cohérent des faits. Souscrivant à une rectitude politique qu’elle n’ose expliciter, la Commission Larose a choisi une autre stratégie.

Le tout premier élément du mandat de la Commission Larose était de « préciser et analyser les plus importants facteurs qui influencent la situation et l’avenir de la langue française au Québec en fonction de l’évolution des principaux indicateurs, en particulier celui des transferts linguistiques ». Quelle est donc la tendance du poids de la population francophone dans la région de Montréal ? Comment évolue l’usage du français au travail ? Quelle est l’incidence du libre choix de cégep sur les transferts linguistiques ? Le rapport final de la Commission Larose ne nous renseigne pas mieux sur ces questions essentielles que ne le faisait son rapport préliminaire.

Des questions essentielles laissées sans réponse

Pas la moindre idée sur un point aussi névralgique que de savoir si le poids de la population de langue française est à la hausse ou à la baisse dans la métropole du Québec. La Commission trouve qu’il existe à cet égard un « débat strictement technique ». Si bien que le « profane » n’arrive pas « à se faire une opinion juste des tendances ». Pourtant, n’importe quel mortel normalement constitué peut facilement comprendre que la tendance doit être à la baisse. Comment peut-il en être autrement, vu le nombre d’immigrants arrivés depuis 1985 ?

La Commission a coûté deux millions, mais comme effort de compréhension et de vulgarisation, ça vaut zéro. Elle refile la partie descriptive de son mandat à un observatoire de la situation sociolinguistique du Québec dont elle recommande la création, auquel « le ministre responsable de la politique linguistique pourrait demander son avis sur des sujets controversés » et que le contribuable finira encore, bien sûr, par financer. Mais pour quoi donc les commissaires pensent-ils avoir été engagés ? Voilà la différence entre une vraie commission d’enquête et ce qui s’est avéré, sur le plan du constat de la situation, rien d’autre qu’une tour de Babel.

La rectitude triomphante

« Le savant doit observer sans esprit de système », disait aussi Buffon. Par esprit de système, la Commission n’a pas respecté même la plus simple de ses obligations en matière d’observation et de constat, celle d’identifier le mouvement de la composition linguistique dans la métropole. Elle nous avertit plutôt qu’une politique linguistique ne saurait se fonder sur les seuls indicateurs démographiques et sociolinguistiques, parce que « ce serait s’enfermer dans une approche qui comporte des dérives sociales majeures, tel le cloisonnement de la société québécoise en trois catégories 0 les francophones, les anglophones et les allophones. Examiner la situation et l’avenir du français au Québec uniquement par la lorgnette des indicateurs démolinguistiques, et en particulier des transferts linguistiques […], confinerait la société québécoise à mettre sous le boisseau sa volonté de construire un projet civique ouvert sur le monde et à demeurer frileuse pour le restant de ses jours ». Dans son rapport préliminaire, la menace de « repli linguistique » nous offrait un avant-goût d’un semblable penchant pour la chasse aux sorcières – ou aux vieux démons. Tactique éculée d’un journalisme paresseux qui, pour masquer son absence de recherche et de réflexion, s’invente des « purs et durs » commodes à ridiculiser.

Au moins la Commission a-t-elle surmonté l’anathème jeté par les mandarins de Québec, dont son propre secrétaire (voir ma chronique de décembre dernier), sur l’assimilation au français comme objet de la politique linguistique québécoise 0 « En faisant du français la langue de l’État, la langue normale et habituelle du travail, de l’enseignement, des communications, du commerce et des affaires, la Charte de la langue française voulait étendre l’usage de la langue française à tous les domaines de la vie publique et augmenter ainsi son pouvoir d’attraction. » Et encore 0 « En cette matière [des transferts linguistiques], la politique et la législation linguistiques du Québec ont pour objectif d’augmenter le pouvoir d’attraction de la langue française. » Merci, messieurs-dames les commissaires.

Personne n’a proposé, cependant, de procéder exclusivement à la lumière et en fonction des transferts. La justice sociale serait un autre principe directeur évident. Et l’approche affirmationniste que les commissaires ont retenue, qui fleure la pensée positive ou magique, ne les exempte nullement d’accomplir leur mandat touchant l’analyse des principaux indicateurs démographiques, dont les transferts linguistiques. Ni de recommander des mesures concrètes susceptibles d’attirer vers le français sa juste part des transferts consentis par la population allophone. On se grise facilement à répéter que « au Québec, la langue de travail est le français » et que « le français est maintenant devenu nécessaire pour tous les citoyens du Québec parce qu’il est, grâce à la politique et à la législation linguistiques, la langue officielle du Québec, la langue commune de la société, la langue de promotion sociale et économique ».

Sans doute que colloques et contrats sur la citoyenneté et le sexe des anges seraient très enrichissants aussi. Toutefois, le renversement de la tendance de l’assimilation passe par des interventions beaucoup plus terre à terre. Et sans constat adéquat de la situation du français au travail ou des transferts linguistiques à l’âge du cégep, pas de recommandations efficaces pour faire bouger les comportements linguistiques sur le terrain.

Le gâchis des transferts linguistiques

Les commissaires se félicitent pourtant à cet égard 0 « La Commission a très bien saisi les principaux indicateurs, en particulier celui du taux des transferts linguistiques. » Or, la partie centrale de sa description des tendances en matière de transferts est totalement incompréhensible. La Commission s’est montrée incapable d’en présenter un tableau statistique intelligible – il n’y a d’ailleurs pas le moindre tableau dans l’ensemble de son rapport –, ni même d’en lire un correctement. Incapable seulement de citer avec exactitude la question de recensement sur la langue parlée à la maison. Incapable même de définir de manière cohérente les simples mots francophone, anglophone et allophone, matériau indispensable pour connaître la situation et établir le bilan des transferts.

Qu’on en juge. Le lexique des mots clés du rapport prescrit 0 « anglophone 0 personne dont l’anglais est la langue maternelle ou qui utilise le plus souvent cette langue dans sa vie privée; francophone 0 personne dont la langue maternelle est le français ou qui utilise le plus souvent cette langue dans sa vie privée et dans ses communications publiques; allophone 0 personne dont la langue maternelle est autre que le français et l’anglais et qui utilise le plus souvent cette autre langue dans sa vie privée. » Que serait alors ce qu’André Laurendeau appelait dans son langage simple et direct un francophone anglicisé ? Un francophone, selon le lexique Larose, à cause de sa langue maternelle. Mais un anglophone aussi, en vertu de sa langue parlée le plus souvent à la maison. Ce serait donc un francophone anglophone. Ou serait-ce plutôt un anglophone francophone ? De même, un anglophone francisé serait lui aussi, d’après le petit lexique rose, un anglophone francophone ou un francophone anglophone. Quant aux allophones anglicisés ou francisés – la seule région de Montréal en compte plus de 200 000 –, aucun moyen de même les nommer ! D’après le lexique en rose, ce seraient des anglophones ou des francophones, mais en aucune façon des allophones. Et ça se pique de faire la leçon sur la qualité de la langue !

Boileau nous fournit la clé de ce gâchis 0 « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement / Et les mots pour le dire arrivent aisément. » Bloqués raide, les commissaires, en ce qui regarde la description du pouvoir d’assimilation du français par rapport à l’anglais. Inhibés par d’innommables préjugés qui les empêchent de concevoir bien et d’énoncer clairement ce qu’il nous faut savoir et faire.

Compromettre l’avenir du français à Montréal et au Québec

Si l’on ne se donne pas des moyens concrets pour réaliser une juste répartition des transferts linguistiques entre le français et l’anglais à Montréal, on se leurre. Le poids des francophones baissera jusqu’à un niveau tel que l’actuelle politique sera remise en question, à la faveur d’un bilinguisme dont on connaît l’issue. Bâcler la description des transferts et en minimiser l’importance, comme l’a fait la Commission, c’est accepter la réduction goutte à goutte de la prédominance du français qui, tout comme la langue d’usage publique, s’appuie d’abord et avant tout sur la population francophone, quoi qu’en disent les paralysés de la rectitude.

Le regretté démographe français Alfred Sauvy a résumé à sa façon inimitable la conséquence linguistique du faible intérêt de la France pour la démographie de ses colonies d’Amérique du Nord 0 « Il a suffi que, dans chacun des deux pays en lutte pour un immense continent, l’un envoie, à chaque année, quelques milliers de colons, l’autre quelques centaines, pour que le cours de l’histoire reçoive une formidable impulsion […] au moment même où la langue française s’assurait en Europe la prédominance internationale, grâce à sa forte démographie, elle était en train de la perdre à terme dans le monde, parce que quelques bateaux de plus, chargés d’illettrés, quittaient tous les ans la petite Angleterre. »

Certes, les immigrants d’aujourd’hui – dont mes grands-parents maternels – ne sont plus des illettrés. Mais toute proportion gardée, la compétition entre francisation et anglicisation des immigrants allophones est l’équivalent contemporain de ce que représentait l’immigration d’origine française ou britannique en Amérique au temps de la Nouvelle-France. Et l’avenir du français au Québec ne sera assuré que lorsque les transferts linguistiques à Montréal se répartiront au prorata des populations de langue française et de langue anglaise.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.