L'aut'journal
Le samedi 19 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Couillard d’arabie
N° 241 - juillet 2005

Les méchants militants
François Parenteau
Sur l’air des « Mauvais compagnons » de Plume Latraverse

Les méchants militants

Sont les amis du néant

Ils viennent et ils déclenchent

Toutes sortes de crises affolantes

Et entraînent le PQ

Sur de glissantes avenues

Les méchants militants

Sont des amis encombrants

Les méchants militants

Ne sont jamais en avant

Au contraire, ils préfèrent

Mener les chefs par derrière

En leur tordant le bras

Et en leur forçant le pas

C’est presque pas légal

C’est digne d’un chef Libéral

Ils s’amènent tout le temps

Avec leurs sujets gênants

Et arrivent à faire mal

Paraître la cause nationale

À force d’obsession

Sur la langue, l’immigration

En forçant le virage

Loin des décisions plus sages

Ils détiennent la raison

Plus que la population

Et nous forceraient à faire

Des référendums suicidaires

Ou des gestes de cassure

Et pas de demi-mesures

À défaut d’le gagner

Y veulent pouvoir s’en passer

Les méchants militants

Sont même un peu épeurants

Et leur tonnerre qui tonne

Ne rejoint jamais personne

Ils blâment le fédéral

Et l’anglophone colonial

Mais chantent le même refrain

Face aux demandes des Indiens

Pourtant ces militants

Sont pas foncièrement méchants

Déguisent leur désespoir

En ruant dans les brancards

Travaillent aux élections

Rêvant de libération

Et cachent leurs blessures

En jouant les purs et durs

Moi aussi j’aimerais ça

Qu’on sorte du Canada

Mais dans une élection

Ce n’est pas ça la question

Ils ne pensent qu’à vaincre

Ne cherchent plus à convaincre

Ils se tiennent entre eux autres

Et cherchent à qui la faute

J’espère que Charbonneau

Se présentera bientôt

Pour parler du modèle

De scrutin proportionnel

Qui donnerait aux crinqués

Une chance de se rassembler

Et les mous pourraient dire

Qu’le PQ a l’air moins pire

Les méchants militants

Ont juste peur de manquer d’temps

Qu’un jour il soit trop tard

Et de manquer le grand soir

Ils rêvent à Parizeau

Et ressusciteraient Bourgault

S’ils s’en donnaient la peine

Y ref’raient le RIN

Les méchants militants

Sont bien utiles pourtant

Car en brassant la cage

Ils nous remettent à la page

Une course à la chefferie

Ça va secouer les tapis

Comme dit l’ex chef péquiste

C’est dur mais «Vae victis»!

Câââ-liss…

Texte lu à l’émission du 11 juin de Samedi et rien d’autre animée par Joël Le Bigot sur les ondes de Radio-Canada.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.