L'aut'journal
Le mardi 2 juin 2020
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Mariage à trois !
N° 240 - juin 2005

Livre : Petit bréviaire des vices de notre clergé
Louis-Antoine Dessaulles
Déjà au XIXe siècle Louis-Antoine Dessaulles était à l’affût des petites faiblesses cléricales qu’il notait au jour le jour dans son carnet secret. Ivrognerie, sodomie, pédérastie, stupre et fornication, tout y passe.

Le curé Amiot, de Saint-Cyprien, engage deux jeunes filles (elles s’appelaient Rémillard); insiste auprès de la mère pour avoir les deux, disant qu’une seule fera parler. Il leur dit, à leur arrivée qu’elles coucheront dans des chambres séparées. La première nuit, il va les trouver toutes deux. L’une d’elle était enceinte quand il partit pour l’Europe. Il lui avait promis quelque chose. Mais étant mort à Vienne, son testament n’en dit rien; elle n’a jamais rien eu. Il avait laissé Saint-François à cause de ses intrigues amoureuses.

Le curé d’Arichat exigeait que les hommes et les femmes dansassent séparément. Confessait sur une chaise et embrassait ses pénitentes. Un autre laisse sa chasuble sur l’autel, pendant la messe, et va empoigner au collet et chasser de l’église un homme qui lui avait promis du bois et ne l’avait pas livré.

Boucher, de Saint-Hilaire, en 1868, refuse à Mme Joly les sacrements parce qu’elle ne peut se résoudre à brûler Le Pays [un journal rouge] avant que son mari ne le lise. Il dit à Joly qu’il a fait une mauvaise communion parce qu’il continue de recevoir Le Pays après la retraite.

Couvent de Sainte-Pélagie [pris en charge par les Sœurs de la Miséricorde en 1848].On y force une femme enceinte à laver les planchers jusqu’à la dernière minute. Si elle est trop fatiguée, on la force durement à continuer pour expier sa faute. Dans ses grandes douleurs, on lui dit que c’est bon pour elle et qu’elle ne mérite pas davantage.

M. Désilets, curé du Cap-de-la-Madeleine (comté de Champlain) parle fortement en chaire pour M. Trudel [un bleu], contre M. Normand [un rouge], et dit à ses paroissiens : Vous m’avez demandé de conjurer vos sauterelles. Eh bien ! vous n’avez pas voulu m’écouter, allez trouver vos libéraux maintenant pour voir ce qu’ils feront.t

Petit bréviaire des vices de notre clergé, texte établi par Georges Aubin, Éditions Trois-Pistoles, 2004

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.