L'aut'journal
Le mercredi 23 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
paulmartin@northcom
N° 237 - mars 2005

Deux fois plutôt qu’une
Denis Lazure
Le gouvernement du Québec s’apprête à procéder à la construction de deux hôpitaux universitaires au coût estimé de près de 3 milliards.

C’est en 1992-1993 que le gouvernement de Daniel Johnson autorisait le projet du CHU-McGill, un super-hôpital destiné à remplacer cinq hôpitaux existants. Quelques années plus tard, le gouvernement du Parti Québécois cédait aux pressions des universitaires et des médecins des hôpitaux Notre-Dame, Saint-Luc et Hôtel-Dieu : puisqu’ils n’arrivaient pas à s’entendre sur la répartition des sur-spécialités pour éviter les dédoublements coûteux d’équipement, ils n’ont pas eu de mal à obtenir le feu vert du gouvernement pour bâtir un méga-hôpital qui abriterait tout sous un seul toit, car comment refuser aux francophones ce qu’on avait approuvé pour les anglophones ?

Jamais les autorités gouvernementales et universitaires n’ont accepté d’étudier sérieusement l’option de choisir un hôpital existant, en procédant à des rénovations et en ajoutant un pavillon doté des équipements les plus modernes.

Deux mythes ont formé la trame de fond de cette interminable saga des méga-hôpitaux : la soi-disant vétusté de ces hôpitaux et l’affirmation non-fondée que la formation du futur médecin est meilleure si elles donnée dans un seul édifice.

Si les gouvernements n’ont pas le courage de dire non aux rêves mégalomanes de nos universitaires, limitons les dégâts et concentrons les efforts sur la construction d’un seul CHU au service des deux Facultés de Médecine, Montréal et McGill.

Montréal n’a pas besoin de deux méga-hôpitaux et le Québec n’a pas les moyens d’engloutir, non pas 2-3 milliards dans ces projets, mais bien 4 à 6 milliards car on sait que tout projet majeur coûte toujours le double de ce qui est prévu !

Dépenser frivolement une telle somme se ferait au détriment des besoins de la population, en dehors de Montréal, et d’autre part retarderait encore l’investissement qui devrait être fait pour les soins à domicile, pour les soins prolongés aux personnes âgées et aux personnes handicapées et pour rendre plus efficaces les salles d’urgence et enfin diminuer les listes d’attente en chirurgie : telles sont les vraies priorités aux yeux de la population et non par la construction des CHU.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.