L'aut'journal
Le dimanche 21 juillet 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
La croix du CHUM
N° 236 - février 2005
Livre : Péril à la radio
La radio Barnum
Robert Blondin
Levain Vespey rappelle son ascension au sein de la société d’État, toujours inspiré par son engagement à rendre la radio publique accessible à plus de citoyens.

. La radio publique jouit d’un passé d’éducatrice. Je dis mission accomplie. Merci à tous et profitez bien d’une retraite à laquelle vous finirez bien par vous habituer. Mes sympathies aux familles des disparus. Un passé d’éducatrice mais un présent d’agitatrice. Oui. Nous devenons un agent de transformation sociale. J’ai fait avec nos équipes, de la radio du DIRE, la radio du FAIRE. […]

La célébrité sous toutes ses formes est devenue notre credo…euh notre critère de base. Je ne le cache pas, je le professe. La célébrité tient lieu d’exemplarité sociale. (…) Maintenant que nous avons démocratisé la gloire, la célébrité est devenue une identité essentielle, presque un passeport vers le bonheur. Nous serons à la radio publique ce que Barnum & Bailey ont été au cirque et à l’exotisme. Rien de moins. Un nouvel opium du peuple, la célébrité ? Pas du tout. C’est un besoin fondamental que les élites ont trop longtemps monopolisé. Notre démarche s’inscrit dans le continuum de l’histoire. Pardon, de l’Histoire !

Trop longtemps, les auditoires ont voulu être célèbres pour les mauvaises raisons. Il ne faut plus, en effet, admirer passivement les stars, il faut les envier jusqu’à se hisser à leur place. C’est la convergence de l’excellence à l’intérieur des espèces, comme aurait dit à ma place Charles Darwin, s’il était encore vivant. La célébrité voyez-vous, c’est la vie elle-même.[…]

J’ai choisi avec nos équipes, de répondre davantage aux attentes sociales immanentes. Notre légitimité vient de notre slogan de gestion : Écoutons-les nous écouter. En leur donnant ce qu’ils veulent, nous deviendrons ce que nous sommes.(…) Notre radio montre la voie sans voix. Nous sommes devenus plus qu’une radio, une place publique. Une place Tienanmen. Un cours Wenceslas. Une place de la Concorde. Grâce à notre audace, les ondes hertziennes sont un agent

dynamisant de notre société.

Péril à la radio, roman satirique, Robert Blondin, Stanké, 2004

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.