L'aut'journal
Le jeudi 22 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
La petite fée des PPP
N° 235 - décembre 2004
Point de salut hors des avantages comparatifs
L’économie-management est une véritable escroquerie
Hubert Lewis
La stratégie de l’autruche » d’Omar Aktouf, paru en 2002, est à lire de toute urgence car l’auteur, à juste titre, nous prévient que « cette façon de raisonner – qui est celle de l’économie-management – devra opérer un véritable saut quantique, si l’on veut que l’humanité traverse sans catastrophe majeure ne serait-ce que le premier quart du nouveau siècle. »

Rarement a-t-on vu une démonstration aussi implacable de l’imposture des « fondamentalistes du marché et de leur meurtrière mondialisation néolibérale » comme disait de son côté le Prix Nobel Joseph Stiglitz (La Grande Désillusion).

Véritable escroquerie sur le plan intellectuel, l’économie-management se pare des atours de la mathématique, de la statistique et de l’économétrie (!) pour opérer un réductionnisme obscène de la réalité – de toute la réalité – « dans le cadre d’un marché dogmatiquement élevé au rang de force agissante et quasi pensante, décidant, régulant et ordonnant notre monde (presque) à notre place » (Mayor-Zaragoza). C’est au nom de cette logique tordue qu’on nous promet à tous un profit décuplé et une croissance illimitée.

Inutile, pourtant, de tenir un discours humain aux tenants de cette « business economics », qui monopolisent toutes les chaires universitaires d’Amérique, puisqu’ils n’entendent que gestion du capital, fructification financière, modélisation et simulation sur ordinateurs.

Impertinente, la destruction de la nature, puisque non comptabilisable ! Géniale, l’extorsion mafieuse des marchés déjà constitués, puisque chaque recoin de la planète est déjà conquis! Simples accidents de parcours que ces scandales financiers et comptables à répétition (Enron, Nortel, BCE) ! Épuration bienheureuse que ces mégafusions monopolistiques ! Évidence que le devoir de partager le travail, mais jamais le capital ! Choix judicieux que cette dépense annuelle de 2000 milliards de dollars en publicité pendant que, dans certains pays, bien des familles en soient réduites pour survivre à vendre leurs enfants à des cohortes de pédophiles !

La liste des ignominies est sans fin. Tant pis pour les nations qui ne savent pas exploiter « leurs avantages comparatifs » ou pour ces enfants ingrats du sud-est asiatique que les Nike, Levi’s, Reebock veulent tellement aider !

Cependant, à la surprise générale, certains d’entre eux (et des plus inattendus, tel Henry Kissinger) commencent à s’inquiéter des « retours sur investissements » de moins en moins évidents. « Où est la demande globale solvable pour absorber les nouveaux produits et services ? L’équation est redoutable : plus le capital se concentre, plus la capacité physique de trouver des débouchés solvables pour la production économique se rétrécit. »

C’est ce qu’avait prévu Marx. C’est ce que redoutaient Keynes, Forrester, Galbraith et bien d’autres (notamment des chefs de file japonais, allemands et scandinaves, soucieux d’une distribution plus horizontale des bénéfices). Ainsi, le capitalisme exacerbé sera-t-il son propre fossoyeur en même temps, peut-être, que celui d’une certaine humanité.

« Lorsqu’une famille de cinq ou six personnes, comme celle du PDG de Wal Mart, possède à elle seule ce que devraient posséder 200 millions de personnes, il est évident que la capacité de consommer de cette famille est, physiquement, quasi nulle à côté de ce que consommeraient les deux millions de Bangladais. »

Il faudra bien, note Aktouf, que les prophètes, les bons apôtres, les grands savants du triomphalisme néolibéral et du cynisme managérial s’expliquent enfin sur la place publique et rendent des comptes. « La réalité dément dramatiquement leurs simulations, prévisions et autres planifications aussi stratégiques et scientifiques soient-elles. » Et s’ils avouent parfois s’être trompés, dit l’auteur, quand donc réaliseront-ils que leurs erreurs confinent désormais aux crimes contre l’humanité et contre la nature?

« 100 Bill Gates, dit encore Aktouf, signifieraient la misère sur la quasi-totalité de la planète et, à terme, la misère pour eux-mêmes ! »

Voilà pour la pratique. Mais c’est la théorie elle-même qu’il convenait de décortiquer, pour en démontrer toute la vacuité camouflée derrière des kilomètres de graphiques, de cotes boursières et de calculs démentiels.

À Noël, pourquoi vous farcir une dinde ? Procurez-vous vivement « La stratégie de l’autruche ».

La stratégie de l’autruche, Omar Aktouf, Écosociété, 2002

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.