L'aut'journal
Le jeudi 22 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Tonton coupe-coupe
N° 234 - novembre 2004
Livre : Ouragan sur le bayou
C’est manière comme un trésor
Lili Maxime
L’héroïne du premier roman de Lili Maxime, Ouragan sur le Bayou, bénéficie de l’expérience de son auteure sur le terrain. Surtout lorsqu’en bonne sociologue, elle transcrit les réponses que donnent les Cadjins du bayou Lafourche à ses questions sur la survie de leur langue en Louisiane.

_ Dis-moî tu quand tu parles avec moî, insiste le capitaine Emery du Lafitte Skiff. C’est manière comme ça que c’est su’ l’bayou quand on connaît quelqu’une. Vous aut’ dans la Canada, miss Hélène, ça parle anglais comme icitte ?

_ C’est selon, lui répond Hélène Simard. Et toi, Emery, est-ce que tu parles souvent en anglais ?

_ Pas plein, mam’zelle Hélène. Feu mon papa m’a dit, avant d’aller rencontrer l’bon Dieu : Emery, oublie pas ça que j’te dis asteure, garde tous les mots que je t’a appris. Oublye-z-en pas un. Parce que c’est mes ancêtres qu’a gardé ça pendant plus de 200 ans. So, c’est manière comme un trésor. Le plus beau trésor que même Lafitte a pas pu piller. Oublye pas, mon gars, pards pas un mot de not’ langage. C’est ça qui va me faire l’homme le plus heureux de cette terre. J’avais promis. So, pour pas briser ma promesse, j’ai quitté l’école juste assez tard pour connaître ça que j’avais à connaître, et juste assez d’bonne heure pour pas pardre mon langage et parler moitié anglais moitié français. Pour sûr avec les années, j’ai dû épicer mon langage de mots amaricains, juste assez pour me faire comprendre, c’est la manière que j’use pour te parler asteure et j’vas pas changer. À cause la promesse que j’a fait à mon pop. Tu peux comprendre ça que chus après t’dire asteure, même si c’est pas le pur français de l’autre bord ? C’est manière difficile, le langage.

_ C’est pour cela qu’il ne faut pas le perdre.

_ Tu croîs qu’on va pardre notre langage et que la promesse que j’ai faite à mon papa, c’était pour rien ?

_ Si plus de Cadjins l’avaient faite, les petits-enfants parleraient encore cadjin à la maison.

_ Peut-être… j’connais pas… La vraie raison de tout le désordre fait à notre langage, c’est l’école. Quand les maîtresses battaient les pitits.

Ouragan sur le bayou, Lili Maxime, La grande marée, 2004

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.