L'aut'journal
Le samedi 25 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Tonton coupe-coupe
N° 234 - novembre 2004

Full syndicats, plein emploi
Léo-Paul Lauzon
Saviez-vous qu’en Europe du Nord, des pays comme la Finlande et la Suède ont un taux de syndicalisation beaucoup plus élevé que le Québec et que malgré ce « sérieux handicap » la Finlande, la Suède, le Danemark et la Norvège se situent respectivement première, troisième, quatrième et sixième au niveau de la compétitivité mondiale selon le classement de l’organisme patronal World Economic Forum, tel que rapporté dans le journal La Presse du 14 octobre 2004 sous le titre de « La compétitivité du Canada recule ».

C’est drôle qu’avec un taux de syndicalisation d’environ 80 % dans des pays comme la Suède et le Danemark, contre seulement 34 % au Canada et 38 % au Québec, ces pays sont nettement plus performants que le Canada, qui se classe au seizième rang mondial.

Les affairistes, leurs médias, leurs politiciens et leurs économistes de service ne nous répètent-ils pas ad nauseam que, plus l’économie et les entreprises sont libérées de la tyrannie des syndicats, plus on est compétitif et concurrentiel ? Car pour eux, avec leurs mensonges gros comme le bras, les syndicats constituent un problème structurel à la vigueur de l’économie.

Pour les exploiteurs, les syndicats représentent une sérieuse entrave et un irritant majeur qui privent les entreprises de la souplesse nécessaires à la création de la richesse que, bien entendu, ils s’accaparent massivement au détriment des travailleurs lorsque ces derniers ne se regroupent pas. L’étude du World Economic Forum, un organisme patronal, je le répète, démontre clairement que les syndicats ne sont pas un frein à la compétitivité d’un pays, loin de là.

Et, selon une récente étude du Bureau international du travail (BII), sur les 12 pays au monde qui ont le taux de chômage le plus faible, sept ont un taux de syndicalisation plus élevé que le Québec. Le plein emploi est donc loin d’être incompatible avec la syndicalisation des travailleurs.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.