L'aut'journal
Le mercredi 19 septembre 2018
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le Mario nouveau
N° 233 - octobre 2004
Livre
Une affaire de filles
Ginette Leroux
Mes aïeux ! me suis-je écriée lorsque j’ai refermé Scrapbook, parodiant ainsi Annie Brière, héroïne du roman et alter ego de Nadine Bismuth. Pas reposante la fille !

Les conflits de couples sont de bons sujets à roman. Nadine Bismuth l’a compris très jeune. En 1999, alors qu’elle n’avait que 24 ans, elle publiait Les gens fidèles ne font pas les nouvelles, un recueil de nouvelles qui allait solidement lancer sa carrière. Sur un même fond d’infidélité et de mensonge, l’auteure récidive cinq ans plus tard. Scrapbook est son premier roman.

Annie Brière est étudiante à l’Université McGill. « C’est convaincant », lui avait dit Bernard Samson, son professeur de création littéraire, en lui offrant de présenter une copie de son mémoire chez Duffroy, la maison d’édition qui avait publié son roman. « Je suis certain que le tien leur plaira », avait-il ajouté. La Garden Party est retenu. Du coup, l’écrivaine en herbe est propulsée dans une suite interminable de situations souvent drôles, parfois rocambolesques. Dans la jungle universitaire et littéraire montréalaise, les infidèles pullulent.

Scrapbook est avant tout une affaire de filles. Par exemple, Annie et sa sœur aînée Léonie se racontent tout. Quasi quotidiennement, leurs misères et bonheurs amoureux sont examinés à la loupe. Annie en est à ses premières armes en matière de vie de couple; quant à Léonie, elle patauge dans un triangle amoureux. Il en va de même pour les rapports amoureux de tous les autres personnages. Chacun est analysé, disséqué, commenté. À la mode bismuthienne : comme dans la vraie vie.

D’ailleurs, voici ce qu’écrit Annie Brière s’inspirant du scrapbook offert par sa mère pour son second roman. Ce pourrait être « une espèce de roman de forme hybride, dépourvu de centre de gravité, peut-être écrit à la façon dont Jocelyn Monette avait voulu filmer La Garden-Party, c’est-à-dire style crayon à l’épaule, de façon sautillante, sûrement boiteuse, avec une structure saccadée, chaotique, hachurée, syncopée. Cette esthétique littéraire aurait privilégié le naturel… l’authentique. » N’est-ce pas le procédé du roman dont je viens de terminer la lecture ? Fiction/Autofiction ? Annie Brière/Nadine Bismuth ? D’ailleurs, l’auteure s’en défend. Une « parodie d’autofiction », clame-t-elle. Au moment où l’autofiction semble battre de l’aile et que « la fiction s’enfarge dans la réalité », bien malin qui pourrait démêler le vrai du faux !

Scrapbook, Nadine Bismuth, Éditions du Boréal, 2004

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.