L'aut'journal
Le vendredi 20 juillet 2018
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Le Mario nouveau
N° 233 - octobre 2004

Bèche toujours, brave Béchard !
ADDS Gatineau
Au moment où le ministre Claude Béchard annonce que le gouvernement Charest va couper de 100 $ par mois, à compter de janvier prochain, la prestation d’un adulte partageant un logement avec des parents qui travaillent, pour une économie de 44 millions $, il est bon de rappeler ces quelques chiffres.

En 2001, il y avait au Québec 24 128 personnes qui disposaient d’un revenu de 200 000 $ et plus. Le revenu total de ce groupe était de 9,1 milliards de dollars. C’était presque autant d’argent que le revenu total de huit fois plus de personnes (198 406) qui ont déclaré les revenus de 45 000 $ à 49 990 $.

Lorsqu’une personne seule reçoit quatre fois le revenu de huit personnes réunies ensemble, il y a une répartition inéquitable de la richesse. Malgré ce constat, il y lieu de reconnaître qu’une personne avec un revenu de 45 000 $ peut vivre convenablement au Québec.

Il y a, par contre, un nombre plus important de personnes au Québec avec des revenus de moins de 10 000 $ qui ne bénéficient pas d’une telle qualité de vie. Ce groupe de personnes à très faible revenu est 58 fois plus nombreux que le groupe des riches et le total de leur revenu est 2 milliards de moins. Quand 24 128 personnes gagnent 2 milliards de plus que 1 400 876 de personnes, il n’y a pas seulement une répartition inéquitable de la richesse, il y a scandale.

Ce groupe de 24 128 personnes très fortunées n’a rien d’homogène, car on y retrouve des riches, des très riches et des super riches.

La revue Canadian Business publie chaque année une estimation de l’accumulation totale des personnes les plus riches au Canada. Sur la liste pour 2003-2004, il y avait 21 familles québécoises. Avec une richesse personnelle de 320 millions $ à 2,5 milliards de dollars, ces familles ont réussi à s’accaparer près de 20 milliards de dollars.

C’est presque autant d’argent que l’ensemble des dépenses du gouvernement du Québec en matière de santé et services sociaux ou encore près de deux fois le budget total du ministère de l’Éducation.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.