L'aut'journal
Le jeudi 24 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Choisissez votre Parizeau
N° 232 - septembre 2004
Livre : L’élan du changement
Pour donner l’allant à l’élan du changement
Hubert Lewis
Quel livre irremplaçable que celui de Michael Albert, paru chez Écosociété, sous le titre L’élan du changement !

« “ Vous luttez pour quoi exactement ? ”, nous demande-t-on souvent. La question se pose. Nous n’avons pas à excuser l’absence de réponses accessibles et communes à cette question. »

Avec des sous-titres comme « L’autonomie dans la solidarité » et « Cessons de chiâler, c’est le temps de gagner », Michael Albert convie la gauche non seulement à comprendre le monde, mais à le transformer. Il ne s’agit pas de se déprimer les uns les autres, mais de développer des outils à la mesure de chacun, parmi lesquels une économie participative véritable – bien expliquée par l’auteur – démocratique et décentralisée.

Écrivant à la mi-novembre 2001, Albert pose la question : « Que pouvons-nous faire d’utile pour mettre un terme à cette guerre (du Moyen-Orient), pour contrer les offensives autoritaires et combattre les mesures d’appauvrissement des milieux populaires ? »

Sa réponse : « Élargir au maximum le champ de la dissidence et lui conférer des qualités qui transmettront ce message clair aux instances dirigeantes : si vous n’arrêtez pas votre guerre, le prix à payer sera supérieur à celui que vous êtes prêts à assumer. »

Car « les fauteurs de guerre trouvent à réfléchir non pas quand le nombre de cadavres vient troubler leur conscience non pas quand l’ampleur de l’opposition vient les mettre dans l’embarras, mais seulement quand les mouvements provoqués par leur guerre commencent à menacer leur statut et leur pouvoir. »

Et cependant, malgré Seattle, Prague et Québec, la gauche tarde à triompher. « Qu’est-ce qui cloche avec notre style militant ? », se demande Albert. C’est que, en plus de n’offrir qu’une critique négative de la situation – sans la contrepartie d’une vision emballante de la société désirée – nous avons le tort de diviser nos forces.

À la manière d’un marathon, des coureurs d’élite ont déployé des prouesses de créativité, de connaissance et de courage, mais ces manifestations fantastiques ont laissé loin derrière « cette masse que tous les bons coureurs ont complètement perdue de vue. »

L’auteur, militant depuis 40 ans, suggère une avenue, sinon inédite, du moins fréquemment galvaudée : l’interaction personnelle, le face à face, la solidarité dénuée de tout esprit d’élitisme et de suffisance.

L’ouvrage de Michael Albert fourmille de ces préoccupations légitimes qu’une fausse conception tend souvent à juger triviales, sinon honteuses. Et cela, avec l’objectif impérieux de vaincre.

L’élan du changement, Michel Albert, Écosociété

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.