L'aut'journal
Le jeudi 24 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Choisissez votre Parizeau
N° 232 - septembre 2004
Réponse de Françoise David
Adéquiste de gauche et féministe radicale, moi ?
Françoise David
C’est la meilleure : Pierre Dubuc, (journaliste ou représentant de SPQ-libre ?) me compare tour à tour à Robert Bourassa, Henri Bourassa…et Charles Gagnon ! De plus, je serais, sans explication, une adéquiste et féministe radicale. Diable, tout ça à la fois ?

Pourquoi ? Parce que dans le livre « Bien commun recherché, une option citoyenne », j’ai osé mettre sur la table comme l’une des options constitutionnelles possibles, un fédéralisme radicalement renouvelé, permettant au Québec de se donner les moyens de réaliser un projet politique, économique et social progressiste. J’ai ajouté immédiatement que le Canada hors Québec ne se montrait pas du tout pressé de réinventer le fédéralisme. Par ailleurs, monsieur Dubuc omet sciemment de mentionner qu’un long passage du même chapitre porte sur la souveraineté comme un outil éventuellement nécessaire pour réaliser le Québec social dont nous rêvons. Bizarre !

Serait-il tabou de remettre sur la planche à dessin le projet souverainiste ? De lui chercher un contenu pertinent en 2004 ? De souligner qu’en cette ère de mondialisation néolibérale, la souveraineté des nations ne veut plus rien dire aux yeux des puissants dirigeants économiques du monde et de la plupart des gouvernements à leur service ? La souveraineté des peuples et de leurs gouvernements, pour qu’elle soit réelle, doit reposer sur un projet de société fondé sur le bien commun et la solidarité sociale.

Cela dit, il est vrai que le débat sur la question nationale se poursuit à Option citoyenne en lien avec le projet social que nous portons. Aucune décision n’est encore prise. Au cours de notre tournée, nous constatons que plusieurs s’en montrent ravis, estimant qu’il nous faut reprendre nos discussions sur cette question, à la lumière de la conjoncture locale et mondiale d’aujourd’hui.

Nous souhaitons que ce débat se poursuive sereinement, sans omission et sans procès d’intention. Nous invitons les lectrices et lecteurs de l’aut’journal à lire Bien commun recherché, une option citoyenne pour se faire une idée par eux-mêmes du contenu du chapitre sur la question nationale.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.