L'aut'journal
Le dimanche 20 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Choisissez votre Parizeau
N° 232 - septembre 2004

Réagir d’abord, vérifier ensuite
Michel Chossudovsky
Le premier août dernier, les autorités américaines annonçaient leur décision de hausser le niveau d’alerte anti-terroriste à « orange ». Cette alerte était officiellement justifiée par l’obtention d’informations en provenance du Pakistan après l’arrestation de Mohammad Naeem Noor Khan, un informaticien de 25 ans accusé de travailler pour Al-Qaïda.

La décision de hausser le niveau d’alerte pour les villes de New York, Washington et le nord du New Jersey fut prise le soir du 29 juillet, à quelques heures du discours de John Kerry au congrès démocrate.

Un haut responsable du renseignement américain a déclaré aux médias, sous le couvert de l’anonymat, qu’aucun renseignement « spécifique » en provenance du Pakistan n’était disponible lors de la réunion de ce soir-là au quartier général de la CIA, à Langley, mais que la décision de lancer l’état d’alerte élevé (code orange) avait été prise quand même.

En effet, le 29 juillet, lorsque la décision fut prise d’augmenter le niveau d’alerte, les informations « précises » et « spécifiques » en provenance du Pakistan, incluant les « centaines de photos et des documents écrits » dont ont parlé les autorités, n’étaient pas encore disponibles.

L’information provenant du mystérieux informaticien pakistanais, Mohammad Naeem Noor Khan, fut seulement rendue disponible le vendredi, après que la décision eut été prise.

Le président Bush fut informé le vendredi matin, alors qu’il était à bord de l’avion Air Force One, de la menace potentielle d’attentat. Le même matin, il approuvait la décision de la CIA d’augmenter le niveau d’alerte, toujours en l’absence de renseignements spécifiques à ce sujet.

En d’autres mots, les renseignements utilisés pour justifier l’alerte anti-terroriste se sont révélés non seulement périmés, comme il fut confirmé le 2 août, mais ils furent en plus rendus disponibles aux responsables de la lutte au terrorisme seulement après que la décision d’augmenter le niveau d’alerte eut déjà été prise par le président.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.