L'aut'journal
Le samedi 24 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Bonne Saint-Jean
N° 231 - juillet 2004
L’appel de Cap Monde a été entendu
Il faut désinformer la désinformation
Monique Pauzé
Les BIC, Brigades d’Information Citoyenne, ont pris naissance dans le Parc National du… Bic, près de Rimouski, pendant la fin de semaine du 4 au 6 juin dernier. Lancée par Robert Jasmin, d’Attac-Québec, et portée par la coalition Cap-Monde (Convergence pour l’avenir des peuples du Monde), l’idée est devenue réalité.

Une centaine de personnes venues de toutes les régions du Québec et de milieux très divers – un avocat du secteur privé, une pilote d’hélicoptère, une assistée sociale, un psychologue, des étudiantes, un musicien, des syndicalistes, des retraités… et plusieurs autres – se sont réunies à l’appel de Cap-Monde pour lancer ce nouveau projet citoyen.

À l’origine, deux constats : d’une part, l’attaque frontale des droits humains par les tenants du néolibéralisme et d’autre part, l’analphabétisme politique d’une large partie de la population; analphabétisme organisé et entretenu par l’élite politique et financière néolibérale.

« La propagande des idéologues néolibéraux est telle qu’elle a même réussi, dans certains cas, à gagner l’adhésion de ses victimes », estime Robert Jasmin. « L’information étant souvent de la désinformation, ou du conditionnement, il fallait faire avancer d’un cran l’éducation populaire, et avant tout, l’information citoyenne », conclut-il.

Avancer d’un cran, c’est d’abord sortir des réseaux organisés. Il s’agit de compléter le travail déjà fermement amorcé par les centrales syndicales et les groupes communautaires au sein desquels les outils de promotion et d’information sont variés et nombreux. Il ne s’agit donc pas de faire double-emploi. Il faut faire plus et autrement, mais à partir de ce qui a déjà été fait. Ainsi, une trousse citoyenne a été confectionnée : une petite boîte de carton clairement identifiée « Trousse d’information citoyenne » et contenant quatorze fascicules est mise à la disposition des brigades.

Le texte de ces fascicules se veut accessible à toutes et à tous de manière à pouvoir faire l’objet d’analyses, de discussions et d’observations de la part des personnes regroupées au sein des brigades. Le contenu, ouvertement anti-néolibéral, se veut une antidote au discours unique dominant, une grille permettant de mieux lire et décoder les dessous des éditoriaux des grands médias ou de la propagande de l’Institut économique de Montréal.

En plus de définir et d’expliquer le néolibéralisme, on nous présente les effets de celui-ci sur les différents aspects de la vie en société tels que l’environnement, la santé, l’éducation, la culture, le travail, l’agriculture, le commerce, la répartition des richesses et les droits humains. La trousse comprend en outre une cassette vidéo produite par le SFPQ : « L’État en question. Le Québec sous un règne néolibéral. »

Le projet a obtenu l’appui et la participation de groupes, de personnalités et de syndicats des différents secteurs d’activités : l’Union paysanne, la FIIQ, la CSQ, Serge Roy, Laurent Laplante, Lorraine Guay et plusieurs autres.

« Avec les BIC, nous proposons une démarche collective de partage d’informations fondée sur une volonté d’autoformation », a déclaré Danielle Pinsonneault, une des responsables du projet, lors de la séance d’ouverture de la semaine dernière.

C’est à cette occasion que Ricardo Petrella a, lui aussi, signifié son appui au projet. Dans l’incapacité d’être présent physiquement, il a tenu à préciser, sur film, qu’une personne ne peut seule être citoyenne ou citoyen. « C’est ensemble, avec les autres, que nous sommes des citoyennes et des citoyens à part entière », a renchéri Robert Jasmin. « C’est tout le contraire du credo de Margaret Thatcher qui affirmait : “ There is no such thing as society ” et qui plaidait en faveur de la règle du chacun pour soi. »

Venu aussi au BIC manifester sa solidarité, le groupe Loco Locass s’est joint aux « Pitounes », de Rimouski, pour assurer la partie festive de l’événement. Leur « Libérez-nous des libéraux » a largement trouvé écho chez les participantes et participants réunis pour se libérer des néolibéraux.

Un consensus s’est vite dégagé des assises du BIC : la connaissance et l’information sont des richesses et toute richesse doit être partagée. Les brigades d’information citoyenne constituent un projet d’alphabétisation politique citoyen non partisan. Il s’agit de s’apprendre à lire les événements en partageant non seulement nos convictions, mais aussi nos doutes, nos questions, nos pratiques.

« Pour nous, déclare Lorraine Guay, le savoir est un levier de la démocratie et celle-ci repose sur une citoyenneté consciente, libre, critique et active. “ Les brigades d’information citoyenne ”, deviendront-elles un jour des “ brigades d’intervention citoyenne ” » ? La question est déjà dans l’air.

Pour l’instant, les membres de la première brigade du BIC sont repartis dans leur région respective au milieu de celles et ceux qui constitueront les futures brigades, elles-mêmes porteuses peut-être d’autres brigades en puissance.

Mais pourquoi ce choix du mot « brigade » ? La question a été posée à Robert Jasmin. « Et pourquoi pas ? Pourquoi, a-t-il fait valoir, ne pourrions-nous pas récupérer, nous approprier et utiliser par des moyens et pour des fins pacifiques un vocabulaire que certains veulent belliqueux. Le choix du mot “ brigade ” veut signifier clairement que les citoyens et les citoyennes peuvent s’organiser en petits groupes d’affinité pour contrer l’offensive néolibérale au moyen d’une arme de persuasion massive, l’information. »

« Et puis, de conclure Robert Jasmin, le mot a aussi des relents plus que pacifistes : pensez à un des métiers les plus doux et les plus bienveillants qui soient : celui de brigadière ou de brigadier scolaire ! » La cause semble entendue !

Un site est en construction. Pour l’instant, on peut obtenir des informations sur les BIC en écrivant à l’adresse suivante : attac.capnat@bellnet.ca

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.