L'aut'journal
Le jeudi 23 mai 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Bonne Saint-Jean
N° 231 - juillet 2004
Les Boliviens ne sont toujours pas propriétaires de leur pétrole
84 accords valables pour 54 ans les en empêchent
André Maltais
Au début d’avril, le président intérimaire de Bolivie, Carlos Mesa, annonçait la signature d’un accord d’exportation de gaz naturel en Argentine. L’entente prévoit que les pétrolières Repsol YPF (consortium argentino-espagnol), Petrobras (brésilien) et Total (français) exporteront quotidiennement quatre millions de mètres cubes de gaz bolivien en Argentine jusqu’au premier novembre prochain.

Mais elle relance la colère des Boliviens qui, en octobre dernier, s’étaient déja soulevés contre un projet d’exportation de gaz naturel au Chili qui devait le transformer et le revendre aux États-Unis et au Mexique. La colère populaire avait provoqué la chute du président Gonzalo Sanchez de Lozada.

Les syndicats et autres secteurs sociaux protestaient contre l’exportation à rabais d’une matière première appartenant au peuple bolivien, potentiellement créatrice de richesses pour le pays. Ils demandaient la nationalisation du gaz, la création d’une industrie nationale de ses produits dérivés et, en attendant, une hausse des impôts payés par les compagnies énergétiques étrangères.

Selon le gouvernement et les grands médias boliviens, il faut aujourd’hui être solidaire avec l’Argentine (et avec les nombreux ré.sidents boliviens) à cause de la grave crise énergétique que traverse le pays voisin.

Dans une lettre ouverte adressée au président bolivien, les leaders du soulèvement d’octobre dernier rappellent au gouvernement qu’il n’a tenu en rien les promesses faites à la population. « Les Boliviens, écrivent-ils, ne sont toujours pas propriétaires d’une seule goutte de pétrole ni d’un seul mètre cube de gaz. Les réformes adoptées n’affectent aucun des 84 accords en vigueur qui assurent l’exploration et l’exploitation de nos champs d’hydrocarbures pour les 54 prochaines années, laissant au pays des miettes de 18 % en redevances ».

Selon les auteurs de la lettre, la soi-disant « solidarité » envers l’Argentine en est plutôt une envers les compagnies énergétiques étrangères. Depuis le 1er mai, Repsol et Petrobras extraient le gaz des sites boliviens de San Alberto et San Antonio et l’acheminent à Campo Duran, en Argentine, où se trouve la raffinerie Refinor, propriété … de Repsol et Petrobras ! Le gaz emprunte les gazoducs appartenant à Repsol-Petrobras et sa transformation en sol argentin augmente la production de produits dérivés appartenant à Repsol-Petrobras qui sont exportés au Brésil, au Chili et … en Bolivie !

L’État bolivien ne touche que 6 % des profits réalisés par Repsol et Petrobras et doit leur racheter une partie de son propre gaz au prix international !

Les leaders sociaux rappellent au président Mesa que ce sont les compagnies qui sont à l’origine de la crise énergétique argentine. « M. Mesa, précisent-ils, vous devez bien savoir qu’il n’y a pas de crise énergétique en Argentine; que ce pays possède approximativement la même quantité de réserves gazières que la Bolivie; que, selon un rapport de British Gas (2003), il est le premier exportateur de gaz en Amérique latine; que ce négoce rapporte annuellement 6 milliards de dollars à Repsol, Petrobras, Total et autres entreprises propriétaires du gaz argentin depuis sa privatisation par Carlos Menem dans les années 1990. »

En tout cas, les rumeurs de crise ont drôlement bien servi les multinationales de l’énergie qui, rappelons-le, sont les mêmes tant au Chili qu’en Argentine et qu’en Bolivie. Ainsi, Repsol, Petrobras, Total et Panamerican contrôlent 85% de l’extraction du gaz dans la région, ce qui, selon une étude de la Faculté latino-américaine des sciences sociales (FLACSO), démontre que « l’accord d’exportation boliviano-argentin est davantage une opération inter-entreprises qu’un échange commercial régional ».

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.