L'aut'journal
Le samedi 24 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Je suis un bon chrétien
N° 228 - avril 2004
Médiacrité
Un pays, un éditorial
Vincent Larouche
Le 17 mars dernier, le journal La Presse révélait que le réseau Radiomédia, qui compte neuf stations de radio au Québec dont CKAC à Montréal et CFOM à Québec, pourrait très prochainement passer entre les mains du géant CanWest Global.

Une transaction entre le propriétaire actuel de Radiomédia, Astral, et le groupe Quebecor avait déjà été bloquée par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), en raison de la trop grande concentration de la presse qu'elle aurait engendrée entre les mains de Quebecor.

Mais selon différents analystes consultés par La Presse, le CRTC et le bureau de la concurrence donneraient le feu vert à CanWest Global, « qui n'est pas aussi dominant que ne l’est Quebecor Media » au Québec.

S'il n'est pas encore assez imposant au Québec pour faire peur au CRTC, CanWest Global s'est pourtant imposé au Canada comme le plus grand empire médiatique, surpassant tous ses compétiteurs. Le groupe possède entre autres les quotidiens The Gazette, The National Post et le réseau télévisé Global.

Décédé en octobre dernier, le fondateur et dirigeant historique de CanWest, Izzy Asper, a toujours attaché beaucoup d'importance aux orientations politiques des médias qu'il contrôlait.

Libéral convaincu et ami intime de Jean Chrétien, Izzy Asper tolérait difficilement la dissidence. Sa décision d'imposer un éditorial commun à ses journaux d'un océan à l'autre avait fait beaucoup de vagues. Ceux qui s'y opposaient, comme Russel Mills, éditeur de l’Ottawa Citizen, furent remerciés de leurs services.

Asper a aussi toujours tenu à ce que ses médias offrent un traitement du conflit israélo-palestinien favorable à Israël. Il avait d'ailleurs organisé la venue de l'ex-premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou à Montréal, en septembre 2002. À cette occasion, M. Asper avait traité de « nazis » les activistes pro-palestiniens.

Aujourd'hui dirigée par le fils de M. Asper, Léonard, CanWest ne cache pas ses ambitions au Québec. Pour la première fois, en janvier dernier, l'entreprise a tenu son assemblée annuelle des actionnaires dans la Belle province, un geste hautement significatif.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.