L'aut'journal
Le mardi 20 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Je suis un bon chrétien
N° 228 - avril 2004
Le club politique a pour objectif la formation et le développement d'un courant syndicaliste et progressiste organisé sur la scène politique québécoise et plus particulièrement au sein du Parti québ
Un Québec indépendant, français, démocratique et égalitaire
SPQ Libre
Il vise par l'action de ses membres l'adoption de mesures progressistes par les instances du Parti québécois et il met tout en œuvre pour les populariser auprès de l'ensemble de la population.

Il encourage la participation active de ses membres à la vie politique et il les invite à occuper des postes de responsabilités, entre autres électifs, au sein du Parti québécois.

Il donne un appui concret à celles et ceux de ses membres qui briguent l'investiture du Parti pour être désignés candidates ou candidats lors d'élections partielles ou générales.

Le club politique favorise la convergence des revendications démocratiques sociales et nationales en un seul et même projet politique. Seule la perspective d'une société basée sur les idéaux les plus élevés de liberté et de justice sociale peut mobiliser la population autour du projet souverainiste et seule la réalisation de l'indépendance permettra l'émergence d'une telle société.

Le club politique fait sienne l'aspiration démocratique profonde de la population québécoise à l'indépendance politique et œuvre à sa réalisation pleine et entière, le plus rapidement possible, par les moyens démocratiques.

Le club politique reconnaît la nécessité, pour atteindre l'indépendance nationale, d'une grande coalition nationale rassemblant la majorité de la population et considère que le Parti québécois est le véhicule politique de cette coalition.

Le club politique traduira ses grandes orientations en éléments de programme et en mesures concrètes au fur et à mesure de son développement et des exigences de la vie politique. Pour guider leur réflexion, les membres du club politique s'inspirent des grands principes suivants :

1. Un Québec indépendant se fera le promoteur, au plan international, de l'égalité en droits des nations et adoptera une approche axée sur la résolution pacifique des conflits.

2. Le français, langue officielle du Québec, doit devenir la langue commune dans toutes les sphères de la vie sociale, plus particulièrement dans les milieux de travail.

3. En tant qu'émanation de la volonté populaire, l'État québécois ne doit pas être cantonné dans un rôle secondaire, assujetti aux lois du marché, mais être le maître d'œuvre de l'édification d'une société orientée vers la satisfaction des besoins matériels, sociaux et culturels de l'ensemble de la population.

4. L'indépendance économique est garante de l'indépendance politique. Le Québec doit favoriser la transformation sur son territoire de ses ressources naturelles, le tout dans une perspective de développement durable et de respect de l'écologie. Ses relations économiques avec les autres pays doivent reposer sur le principe de l'avantage réciproque.

5. Le Québec doit exploiter son potentiel agricole dans une perspective écologique et de développement durable en visant la plus grande auto-suffisance alimentaire, compte tenu de ses conditions climatiques.

6. Le développement démographique, économique et social entre les différentes régions du Québec doit être équilibré et conçu dans la perspective de l'occupation maximale du territoire.

7. Tous les moyens nécessaires, législatifs et autres, doivent être mis en œuvre pour permettre l'organisation des travailleuses et des travailleurs en syndicats, encourager le regroupement des sans-emploi et soutenir le développement de groupes de défense pour les autres aspects de la vie en société (consommation, droits des locataires).

8. Le labeur nécessaire à la production des biens et services de notre société se doit d'être réparti équitablement entre tous ses membres en visant le plein emploi et des emplois décents. La pauvreté doit être éradiquée par une redistribution équitable, notamment au moyen de la fiscalité, des richesses produites et accumulées depuis des générations.

9. L'éducation et la formation générales de la population, avec l'accès démocratique à des services publics d'enseignement de qualité de la petite enfance jusqu'à l'université, est une priorité absolue.

10. La culture doit être considérée comme un besoin premier et un service essentiel et à ce titre, les moyens de production et de diffusion des œuvres culturelles et artistiques doivent être multipliés pour favoriser la plus grande accessibilité et permettre l'épanouissement culturel du peuple.

11. La santé de la population est d'abord tributaire des politiques permettant et favorisant l'activité physique, une alimentation saine, un logement et un environnement adéquats, l'élimination de la pauvreté et la sécurité au travail. Pour soigner la population, il faut un système de santé public, universel, gratuit et accessible.

12. Toute forme de discrimination ou d'exclusion fondée sur la couleur, la religion, la langue, l'origine ethnique ou nationale, le sexe, l'orientation sexuelle, l'état civil, la condition sociale, l'âge ou la condition physique et mentale doit être condamnée.

13. L'égalité pleine et entière entre les hommes et les femmes doit être assurée dans toutes les sphères d'activités, plus particulièrement sur le marché du travail. Toute expression de violence à l'égard des femmes doit être combattue. La fonction sociale de la maternité et de la paternité doit être reconnue et des mesures de conciliation travail-famille mises en place.

14. Les Premières Nations ont droit au respect et à l'autodétermination.

15. Une plus grande participation des citoyennes et des citoyens à la vie démocratique doit être favorisée, entre autres par un mode de scrutin permettant une meilleure représentation aux différentes instances de pouvoir au plan national, régional et municipal.

La vie démocratique implique l'accès aux journaux, à la radio et à la télévision. Des mesures doivent être prises contre la concentration des médias et pour aider au développement d'une presse libre et indépendante.

Le club politique est une organisation indépendante, avec ses propres orientations et ses statuts et règlements.

Il est incorporé en vertu de la IIIe partie de la Loi des compagnies comme organisme sans but lucratif.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.