L'aut'journal
Le lundi 26 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Je suis un bon chrétien
N° 228 - avril 2004
Une collecte de fonds
Mohamed Cherfi a besoin d'aide
Vincent Larouche
En présence des comédiens Luc Picard et Louisette Dussault, la Société Saint-Jean Baptiste de Montréal (SSJBM) a annoncé le 16 mars dernier le lancement d'une campagne de collecte de fonds pour financer la défense de Mohamed Cherfi. Le ressortissant algérien est détenu par les autorités américaines depuis son arrestation à Québec par la police municipale.

Arrivé au Québec il y a six ans, Mohamed Cherfi s'est rapidement imposé comme l'un des plus ardents défenseurs du droit d'asile pour les Algériens, s'impliquant à temps plein au Comité des sans-statut. Lui-même sans statut au Canada, il avait trouvé asile dans une église de Québec en février dernier, avec l'appui du pasteur et des paroissiens. Le 5 mars, dans une action tout à fait exceptionnelle, la police a investi le lieu de culte pour arrêter M. Cherfi et l'expulser vers les États-Unis, via lesquels il avait fait son entrée au pays.

L'homme risque aujourd'hui la déportation vers son pays natal. Sa conjointe, Louise Boivin, soutient qu'il risque l'emprisonnement et la torture en Algérie.Même l'ambassadeur algérien au Canada a affirmé ne pouvoir garantir à 100 % que Mohamed Cherfi ne serait pas la cible des autorités locales.

Il semble que dans cette affaire, Ottawa n'ait cherché qu'à se débarrasser d'un homme de conviction, un militant qui l'agaçait. Le motif évoqué pour l'arrestation, soit le fait que M. Cherfi n'avait pas informé la Cour municipale de sa nouvelle adresse, aurait simplement dû conduire le sans-statut devant un juge. Au lieu de cela, on l'a directement remis aux autorités américaines. Lors de l'évaluation de sa demande pour le statut de réfugié, M. Cherfi s'était déjà fait reprocher par un agent d'immigration d'être un « social activist ».

Le président de la SSJBM, Jean Dorion, estime que le plus urgent pour l'instant reste la défense légale de M. Cherfi aux États-Unis, où le tout coûte une fortune. Les chèques ou mandats au nom du Fonds Mohamed Cherfi peuvent être expédiés à la Maison Ludger Duvernay, 82, rue Sherbrooke ouest, Montréal H2X 1X3. Ils serviront exclusivement à assurer la défense juridique, une éventuelle caution de libération et les frais de communication et de survie de M. Cherfi. Pour information : 843-8851

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.