L'aut'journal
Le samedi 24 août 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Je suis un bon chrétien
N° 228 - avril 2004
Un appel à la résistance
Nous devons envisager la guerre
Élaine Audet
Les dindes aiment-elles la Fête de l'Action de grâce ? » est une allocution prononcée par l'écrivaine et militante Arundhati Roy lors de la séance d'ouverture du Forum social mondial de Mumbai, le vendredi 16 janvier 2004. Elle y confronte la volonté de changer le monde du Forum social mondial et le Projet pour un nouveau siècle américain de Bush et ses complices.

Elle démasque d'abord ceux qui se permettent aujourd'hui de parler « des bons côtés de l'impérialisme et de la nécessité d'un Empire fort pour dompter un monde sauvage » et décrit le nouvel impérialisme qui, pour la première fois dans l'histoire, possède un arsenal capable d'oblitérer le monde en un après-midi et exerce une hégémonie économique et militaire complète et unipolaire. Elle dénonce la complicité des grandes entreprises, des médias qui justifient les guerres du Nouvel Empire et pourfend les élites locales qui, comme les dindes de l'Action de grâce, sont épargnées et tirées de l'anonymat afin de donner un visage plus humain à l'empire, pendant que les millions qui restent perdent leurs emplois, sont évincés de leurs logis, se font couper l'eau et l'électricité et meurent du sida.

En conclusion, elle appelle à la mondialisation des résistances et montre que seul le peuple peut imposer un changement radical. S'imaginer que le charisme personnel d'un leader et son passé de militant fera une brèche dans le cartel corporatif, c'est ne rien comprendre aux rouages du capitalisme ou à ceux du pouvoir, affirme Arundhati Roy. Ils deviennent les otages d'un ensemble de menaces, dont la pire est la fuite des capitaux, qui peut abattre n'importe quel gouvernement en 24 heures. La militante appelle plutôt à des actions concrètes qui visent de vraies cibles, livrent de vraies batailles et infligent de vraies pertes.

La résistance doit commencer par le refus d'accepter la légitimité de l'occupation américaine en Irak. Cela veut dire agir pour empêcher matériellement l'Empire d'atteindre ses objectifs et forcer à fermer boutique certaines des principales entreprises qui profitent de la destruction de l'Irak. Bref, conclut Arundhati Roy, « nous devons nous considérer en guerre ».

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.