L'aut'journal
Le dimanche 21 juillet 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Des hommes de conviction
N° 227 - mars 2004

Un fuck friend pour la nuit
L’équipe de la clinique des jeunes du CLSC des Faubourgs
Les adolescentes se présentent à la clinique de plus en plus jeunes. Elles sont plus que légèrement vêtues, leur corps mis très en évidence. Leurs questions sont de plus en plus techniques, du genre Je voudrais pouvoir arriver à ce que ça me fasse pas mal quand mon partenaire me fait ça. Plusieurs nous disent avoir un fuck friend, un ami avec qui elles font l'amour sans être dans un lien amoureux. Elles ont, pour la plupart, le pubis rasé, avec les problèmes de peau que cela peut entraîner. […]

Les jeunes qui viennent nous consulter nous demandent surtout d'améliorer leur savoir-faire. Ils ne se demandent pas ce qu'ils aiment ou n'aiment pas, ce qui leur fait plaisir dans l'intimité sexuelle ou ce qui les rebute. Les jeunes disent avoir très peur des MTS, mais n'adoptent pas de comportement cohérent face à cette peur. […]

Le silence qui entourait la sexualité des jeunes des générations précédentes a été remplacé par un déluge d'informations. Trop souvent, l'information sexuelle, celle qui est la plus facilement accessible se présente sous forme de recettes que les jeunes peuvent interpréter comme des critères, des standards à atteindre. Les questionnaires, sondages et modes d'emploi sur la sexualité publiés régulièrement dans les magazines pour adolescentes présentent une vision mécanique des relations entre individus.

Les jeunes filles qui adoptent les codes vestimentaires érotisés prônés par les médias sont souvent surprises et agacées des avances sexuelles répétées qui leur sont faites. Mais comme elles veulent être normales et que ces demandes sexuelles sont présentées comme la norme, il se crée une pression énorme pour qu'elles s'y conforment. […]

Nous déplorons l'irresponsabilité du phénomène de la commercialisation du corps de l'adolescente. Comment répondons-nous à cette mode ? Nous ne souhaitons pas un retour en arrière, aux tabous et aux interdits. Seulement, nous avons la responsabilité de réfléchir au sens de ce que nous faisons collectivement, sinon cette liberté sexuelle, si chèrement acquise ne voudra plus rien dire. Elle risque de disparaître dans un nouveau conformisme aliénant.

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.