L'aut'journal
Le dimanche 20 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Kyoto ? On s'en fiche !
N° 226 - février 2004
Le marché noir de la drogue
Une guerre perdue d’avance
Laila Maalouf
Line Beauchemin, professeure titulaire au département de criminologie de l'Université d'Ottawa, explique, dans son livre Les drogues : les coûts cachés de la prohibition, les raisons pour lesquelles notre société nord-américaine aurait avantage à légaliser les drogues.

Selon l'auteure, « la guerre à la drogue augmente la sollicitation de consommation de drogues auprès des jeunes dans un marché noir où tout circule librement et aisément. » Le marché noir de la drogue fournit des narcotiques à des acheteurs qui n'ont aucune idée de ce qu'ils consomment. Par analogie, on pourrait dire que cela équivaut à acheter une bouteille d'alcool sans en connaître ni le type ni la concentration, ou à prendre un cachet d'aspirine sans en être informé de la dose.

Line Beauchemin explique que la prohibition, dont les origines sont américaines, est particulièrement soutenue, depuis plusieurs décennies, par les compagnies pharmaceutiques qui ont intérêt à éliminer un concurrent dangereux. Extrêmement rentable et couvrant la planète entière, le marché de la drogue a souvent servi à financer les guerres de la seconde moitié du XXe siècle. Il est aussi prouvé qu'il est plus rentable pour les politiciens de défendre les programmes de « tolérance zéro » en matière de drogues que d'investir dans la prévention et le traitement de la toxicomanie.

D'après l'auteure, les dépendances aux drogues relèvent pourtant d'un mal de vivre qu'il faut guérir, aujourd'hui accru par le matérialisme, l'individualisme, l'absence de spiritualité et le manque de perspectives engendrés par la société de consommation. Accepter la prohibition, c'est cautionner la répression et la discrimination qui en découlent, sans compassion. « D'une guerre contre les produits, on passe à une guerre contre des citoyens. » Il est par ailleurs illusoire, selon Line Beauchemin, de croire que l'augmentation de la répression mettra fin au marché des drogues illicites, actuellement en vente libre; la guerre à la drogue est une guerre perdue d'avance.

Les drogues : Les coûts cachés de la prohibition, Line Beauchemin, Lanctôt éditeur, 2003

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.