L'aut'journal
Le samedi 19 octobre 2019
édition web
L'aut'journal
archives
Retourner à L'Aut'Journal au
jour le jour

Recherche
accueil > l’aut’journal > archives > sommaire > article
Kyoto ? On s'en fiche !
N° 226 - février 2004

L'immigration illégale plus payante que l'Aléna
André Maltais
Selon le Globe and Mail (3 janvier 2004), 2,4 millions de Mexicains vivaient illégalement aux États-Unis en 1994, date d'entrée en vigueur de l'Aléna. Dix ans plus tard, ce nombre a plus que doublé passant à 4,81 millions de personnes.

Si le rythme de 2002 se maintient (600 000 personnes ont passé illégalement la frontière américaine), le nombre de nouveaux immigrés illégaux aux États-Unis sera presque trois fois plus élevé lors de la prochaine décennie que lors de celle qui vient de s'écouler.

Pourtant, les promoteurs du « libre » commerce affirmaient que l'Aléna ralentirait l'immigration de Mexicains vers les États-Unis puisque, disaient-ils, le traité allait apporter au Mexique la croissance économique et, donc, un meilleur niveau de vie pour la population mexicaine.

Mais l'Aléna n'a à peu près rien apporté d'autre aux Mexicains que des emplois déshumanisés et si mal payés qu'ils ont fait chuter de 13,5 % le salaire moyen dans le secteur manufacturier du pays.

En tout, les « maquiladoras » (usines d'assemblages pour l'exportation appartenant à des « investisseurs étrangers ») ont créé 700 000 de ces emplois qui ont rapporté à l'économie mexicaine 2,68 milliards de dollars au cours de la dernière décennie.

En revanche, deux millions et demi de paysans durent quitter terre, travail et mode de vie, ruinés par les importations de produits agricoles imposées au Mexique par le traité. Et, au cours des deux dernières années, 300 000 emplois des « maquiladoras » sont disparus quand l'économie américaine a connu une baisse de régime.

L'immigration illégale aux États-Unis est infiniment plus payante ! Le Financial Times (19 septembre 2003) rapporte que, pour les six premiers mois de 2003, l'argent envoyé au Mexique par les immigrants se chiffrait à un milliard de dollars par mois !

Ainsi, l'immigration aux États-Unis est devenue la seconde source d'approvisionnement en devises étrangères pour le Mexique après l'industrie pétrolière. Elle est devenue plus payante que les investissements directs à l'étranger et le tourisme !

Retour à la page précédente

Partager cet article Imprimer cet article


 


Réseau Média
© l'aut'journal 2002
 
l'aut'journal sur le web
L'aut'journal sur le Web a
été réalisé par Logiweb.